Tous les articles par Anne Besson

Parution: « Psychico »

Loïc Marcou, membre de la LPCM et son traducteur, annonce la parution prochaine aux éditions Mirobole de Psychiko [Το Έγκλημα του Ψυχικού] (1928) de l’écrivain grec Paul Nirvanas (1866-1937).  Ce court roman raconte l’histoire d’un jeune rentier désœuvré qui s’accuse d’un crime qu’il n’a pas commis pour faire la une de l’actualité et obtenir ainsi son « quart d’heure de célébrité » selon l’expression célèbre d’Andy Warhol.

 

 

Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Appel à contributions

Troisième numéro de la revue en ligne À l’épreuve : «  Genres et enjeux de légitimation »

Image : dessin de Benjamin Roubaud, 1842. « La Grande Chevauchée de la Postérité »

Reposant sur l’établissement de contrastes qui permettent de dégager des traits distinctifs pertinents, l’activité classificatoire se trouve au cœur des processus d’élaboration des savoirs. En littérature et plus généralement dans les arts, c’est la notion de « genre » qui sert à opérer un ensemble de discriminations indispensables au travail de conceptualisation de divers pans de la production culturelle.

Bien que génératrice de nombreuses taxinomies dont on peut facilement mesurer l’efficacité pratique dans notre vie quotidienne – des étiquettes comme « polar » ou « rap » aident non seulement la pensée à reconnaître immédiatement une forme particulière mais également le potentiel acheteur à s’orienter vers ou tel ou tel rayonnage en fonction de ses goûts –, il s’agit de l’une des notions théoriques les plus nébuleuses et par là-même des plus polémiques.

Et cela parce qu’elle fait, selon les cas, entrer en jeu des critères taxinomiques très divers. Tentant d’en résumer la totalité dans le domaine littéraire, Daniel Couégnas énumère : Continuer la lecture de Appel : « Genres et enjeux de légitimation »

Colloque : « Etats et empires de l’imaginaire », 19-21 novembre

Colloque du CERLI

États et empires de l’imaginaire

Nancy (19-21 novembre 2015)

Direction : Christian Chelebourg

 

Jeudi 19 matin (salle A 104)

09h00 Accueil

Utopies
09h30 Justine Breton Camelot, cité utopique : objectif rêvé ou illusion trompeuse ?
10h00 Natalia Chumarova États utopiques de la science-fiction en URSS : entre dogmes et liberté d’expression
10h30 Camille Zimmermann Princesses en leurs royaumes : les héritières dans les productions Walt Disney

Pause

Mutations sociétales
11h15 Jean-Loup Héraud Des mondes mutants à la Cité virtuelle chez Greg Egan
11h45 Charlotte Simonin Les Amazones : actualité d’un royaume féminin

Jeudi 19 après-midi (salle A 104)

La cosmogonie pour quoi Faire ?
14h00 Christian Chelebourg Cosmogonie du surnaturel et mondes imaginaires
14h30 Hervé Lagoguey Inventer des mondes pour tenter de comprendre le monde : la quête sans fin de Philip K. Dick, explorateur des cosmos privés

Pause

Apocalypse et post-apocalypse
15h15 Thierry Jandrok Foundation Series d’Isaac Asimov ou la Stochastique Apocalyptique
15h45 Gilles Ménégaldo L’imaginaire post-apocalyptique dans le cinéma hollywoodien contemporain

Pause

Le corps et après ?
16h30 Jérôme Goffette Le territoire, le corps et la parole dans La Zone du dehors d’Alain Damasio
17h00 Apolline Lehmann L’espace thanatonautique dans les récits d’Expérience de Mort Imminente : l’ultime conquête

Vendredi 20 matin (salle A 104)

Dispersion médiatique
09h00 Danièle André Chute et renaissance d’un empire : l’imaginaire sécessioniste et la société états-unienne à travers la culture populaire (Jeu de rôle, roman, série, BD…)
09h30 Guillaume Labrude Conception et représentations d’Arkham dans la saga Batman

Pause

10h15 Julie Roy Le « Potterverse » : quand l’imaginaire se déverse dans le réel
10h45 Isabelle Limousin Fantastic Art, Dada, Surréalisme

Pause

Colonisation, décolonisation
11h15 Patricia Crouan-Véron Le rôle des écrivains impérialistes britanniques dans la vision occidentale de l’Afrique du Sud à la fin du XIXe et au début du XXe siècles. Entre impérialisme et empires de l’imaginaire
11h45 Matthieu Freyheit Adultes : “they shall not pass!”: Les mondes sans adultes, un essai de décolonisation culturelle

Vendredi après-midi (salle A 104)

Pause

La nature sens dessus dessous
14h30 Jean Arrouye Inquiétants bouleversements de l’État de nature
15h00 Jérôme Blanchet-Gravel Le mythe de Moïse et Rise of the Planet of the Apes de Rupert Wyatt
15h30 Elsa Caboche Inventer des mondes pour inventer des mondes : ce que la métafiction fait au récit

Pause

Féeries nomades
16h15 Florence Cheron Les Pays des merveilles de Tim Burton
16h45 Caroline Klensch Oz en France

Vendredi 20 après-midi (salle A 115)

Empires oniriques
14h30 Samuel Minne Empires de songe : mondes rêvés et univers de poche
15h00 Patrizia d’Andrea Outrance et fantastique de l’Empire du Rêve dans Die andere Seite d’Alfred Kubin
15h30 Caroline Duvezin-Caubet Empires é-cartés, état rêvé : conquête de l’espace imaginaire dans la trilogie de Bas-Lag de China Miéville

Pause

L’imaginaire à la lettre
16h15 Jérôme Dutel Les débits de l’imaginaire chez Jack Vance : défi, délit, déni et dépit
16h45 Vivien Féasson Quel projet traductif pour la fantasy ?

18h00 Assemblée générale du CERLI

Samedi 21 matin (salle A 104)

Politique
09h00 Michel Viegnes Religion et pouvoir dans trois mondes imaginaires : Dune Series, The Chronicles of Riddick et Babylon Babies
09h30 Nathanaël Wadbled Totalitarisme robotique et résistances cybernétiques. La critique libérale de l’État dans I, Robot d’Alex Proyas
10h00 Marwa Ibrahim Les territoires politiques de Jean-Pierre Andrevon : lecture de Šukran et Le Travail du furet à l’intérieur du poulailler

Pause

Féerie et fantasy
10h45 Noémie Budin Ethnographie du Petit Peuple : l’empire du merveilleux
11h15 Isabelle Périer Construire des mondes imaginaires : l’exemple des exergues de Frank Herbert et Pierre Bordage

11h45 Bilan et clôture

Continuer la lecture de Colloque : « Etats et empires de l’imaginaire », 19-21 novembre

Parution : « Gaule et France »

 Gaule et France d’Alexandre Dumas (éd. J. Anselmini), Classiques Garnier « Bibliothèque du XIXe siècle », 2015

dumas-alexandre-1802-1870-gaule-et-france-1833

Cet essai de philosophie historique et politique, écrit au début des années 1830 par le futur auteur des Trois Mousquetaires, est passionnant pour qui s’intéresse à l’historiographie et à la littérature du XIXe siècle.

Gaule et France (1833) d’Alexandre Dumas cherche dans l’époque médiévale les prémices démocratiques de la nation française, tout en se présentant comme un avant-propos au «Drame de la France» que l’auteur se vantera rétrospectivement d’avoir composé par la somme de son œuvre historique.

Gaule et France (1833) by Alexandre Dumas seeks out the early signs of French democracy in the medieval era, while presenting itself as the avant-propos to the “Drame de la France” that the author will retrospectively boast he composed from the totality of his historical œuvre.

Journée « La Chanson politique (1780-1830) »

La chanson politique entre deux siècles (1780-1830)

(journée d’étude du CREHS// Les cultures musicales en France // n° 3)

Université d’Artois, Maison de la Recherche, salle R1,

 

le vendredi 13 novembre 2015.

chanson politique

Avant la Révolution, la chanson est déjà une forme d’expression populaire, qui solennise les rites de passage, accompagne le travail aux champs, en atelier ou sur les chantiers, rythme les marches, anime les veillées, les banquets, les fêtes, les bals. La plupart du temps, elle traite d’amour, de vie quotidienne (chansons traditionnelles) ou d’actualité (complaintes, vaudevilles). Traditionnellement, toute manifestation collective s’accompagne de chansons de circonstance en dialecte local. La chanson est donc l’élément d’une culture commune, mais aussi un marqueur identitaire, de métier, de localité, d’âge. La chanson politique est un répertoire spécifique, minoritaire, et pas proprement populaire, au moins au sens de « connu de tous ». Continuer la lecture de Journée « La Chanson politique (1780-1830) »

Parution: « (Bé)vues du futur »

(Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840-1940)

Collectif dirigé par Clément Dessy et Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015

 

bévues du futur

Aujourd’hui inscrite au cœur des cultures télévisuelle et adolescente, la dystopie possède une histoire riche pourtant méconnue. Cette forme d’expression qui mêle projection dans le futur et vision critique d’une société révèle les enjeux majeurs des époques qu’elle a traversées. Explorer ses caractéristiques visuelles sur un siècle, de 1840 à la Seconde Guerre mondiale, permet d’observer les lignes de forces d’un imaginaire central dans la littérature et les arts. L’imaginaire dystopique ne touche pas seulement à l’iconographie. Il concerne aussi les ressources textuelles de la description, la circulation transmédiatique des fictions et la définition même d’un univers souvent improprement qualifié par les étiquettes de fantastique et de science-fiction. Continuer la lecture de Parution: « (Bé)vues du futur »

Parution : « Le Film noir français 1946-1960 »


Thomas Pillard, « Le film noir français face aux bouleversements de la France d’après-guerre (1946-1960) »

Nantes, Editions Joseph K., 2014

pillard_filmnoirfrancais_200

Des Portes de la nuit (1946) à Touchez pas au grisbi (1954) en passant par La Môme vert-de-gris(1953), le film noir français d’après-guerre frappe par sa diversité, sa richesse et son originalité.
Diversité des films et des récits : le pessimisme du «réalisme noir» contraste avec l’atmosphère ludique de la «série noire» parodique, ellemême très éloignée de l’univers interlope du «milieu» parisien dépeint dans le film de gangsters… Richesse des talents et des thèmes abordés: du tandem Carné/Prévert à Jacques Becker et Michel Audiard, via des stars comme Simone Signoret, Eddie Constantine ou Jean Gabin, le genre fait appel à des personnalités singulières pour explorer les anxiétés d’une France en mutation, marquée par la Seconde Guerre mondiale et confrontée à l’entrée dans la société de consommation. Singularité artistique et culturelle: loin d’être une simple copie du film noir américain, Continuer la lecture de Parution : « Le Film noir français 1946-1960 »

Hommage à Michel Rolland

Quelques mots sur Michel Rolland

par Paul Bleton

 

Même si ça faisait plusieurs années que sa santé était sérieusement atteinte, la disparition de Michel Rolland le 9 juillet dernier n’en a pas moins été douloureusement ressentie par ceux qui le connaissaient bien.

 

Pour les autres, voici en quelques mots pourquoi LPCM signale la disparition de ce franc-tireur. Outre les ouvrages pédagogiques datant de la longue période où il a enseigné au secondaire, Michel renouait avec un goût de jeunesse en procurant en 1994 un classique oublié de la littérature utopique, L’Histoire des Sévarambes de Denis Vairasse (Amiens, Encrage, 1994). Au début de sa carrière, il s’était en effet intéressé à l’utopie ; mais aussi à la SF – n’était-il pas l’un des rares Français à avoir interviewé Philip K. Dick ? À la fin, devenu professeur à l’université de Cergy-Pontoise, c’est plutôt les études culturelles et les représentations de la masculinité qui l’avaient requis – ce dont on trouve des traces dans un collectif co-publié avec Christiane Achour, Féminin-masculin. Couples en création, Amiens, Encrage, 2000.

 

Entre les deux, Michel a été un chercheur lpcm libre et élégant, Continuer la lecture de Hommage à Michel Rolland