Tous les articles par Anne Besson

Parution : « La revue de fin d’année au XIXe siècle »

La revue de fin d’année au XIXe siècle
Revue d’Histoire du Théâtre numéro 266.

Dossier dirigé par Olivier Bara, Romain Piana et Jean-Claude Yon.

Avril-Juin 2015

revue theatre

Crédits image : Belin, frontispice de Voilà la chose, revue de l’année 1862, en 3 actes et 20 tableaux, par MM. Ernest Blum et Alexandre Flan, Paris, Michel Lévy frères, s.d. Collection particulière. Via Media19.org

Très prisée sur les scènes secondaires, la revue de fin d’année désigne un certain genre de pièces à tiroirs dans lesquelles l’auteur fait défiler, dans un esprit satirique où prime le plaisir de la reconnaissance, les événements saillants qui ont marqué l’année qui vient de s’écouler. La Revue d’Histoire du Théâtre y consacre le dossier de ce numéro, dirigé par Olivier Bara, Romain Piana et Jean-Claude Yon. Un entretien avec les membres du collectif portugais Teatro Praga, qui a présenté une version contemporaine de la revista portugaise, en avril 2014 à la MC93 de Bobigny, clôt ce dossier. Poursuivant son travail éditorial autour du théâtre colonial, la Revue d’Histoire du Théâtre publie une enquête sur les théâtres de l’Algérie coloniale dans sa partie varia. Un document inédit sur les enjeux architecturaux, sociaux et politiques du théâtre colonial en Algérie.

Table des matières

Olivier BARA, Romain PIANA, Jean-Claude YON. Introduction

Amélie CALDERONE. Au croisement du Vaudeville anecdotique et de la féerie : codification du genre de la revue de fin d’année sous la Monarchie de Juillet

Emmanuelle DELATTRE-DESTEMBERG. La danse académique dans la revue de fin d’année Rothomago

Amélie GREGORIO. L’Algérie mène la revue : la colonisation dans les spectacles de fin d’année au XIXe siècle

Marine WISNIEWSKI. Métamorphoses de la revue de fin d’année au café-concert : l’exemple de l’année 1886

Manuel CHARPY. La ronde des produits. Revue de fin d’année, produits industriels et publicité à Paris au XIXe siècle

Livia SUQUET. L’érotisation massive des revues de cafés-concerts à la belle époque

Paul ARON. Luc Malpertuis. Auteur belge et collectionneur de revues théâtrales de fin d’année. Contribution à l’histoire d’un genre méconnu

Romain PIANA. Teatro Praga et la revue. Autour de Tropa-Fandanga. Entretien avec Pedro Penim et José Maria Vieira Mendes

Varia Boualem TOUARIGT. Les salles de théâtre de l’Algérie coloniale

plus d’informations

Colloque « L’amateur en cinéma »

« L’amateur en cinéma, un autre paradigme? », Université François-Rabelais, Tours, 23 et 24 juin.

sous la direction de Valérie Vignaux (INTRU, université de Tours), et Benoit Turquety (université de Lausanne).

Amateur_web

© Ciclic – Jean Chaudron (8 mm)

 

Le colloque se déroulera les deux jours de 9h00 à 17h00 au CESR, salle Rapin, 59 rue Néricault-Destouches, à Tours.

Une projection du film Grandir (2013) de Dominique Cabrera, en présence de la réalisatrice, est prévue salle Thélème, 3 rue des Tanneurs, le 23 juin à 18h30, en partenariat avec Ciclic.
Le réalisateur Boris Lehman viendra par ailleurs présenter des films en fin de matinée du 24 juin.

Programme :

mardi 23 juin

9h00 Introduction, Jean-Michel Fournier (directeur de l’UFR Lettres et Langues), Jean-Baptiste Minnaert (directeur de l’InTRu)

Première session — un paradigme

Modération : Benoit Turquety

9h30 Le cinéma amateur, un autre paradigme ?, Valérie Vignaux (université de Tours)

10h00 Le cinéma amateur, un paradigme précaire,  Roger Odin (université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)

10h30 Pause

11h00 La contribution de l’amateur dans le cinéma documentaire : autour de la notion de participation, Caroline Zéau (université d’Amiens)

11h30 Le statut des entretiens de mémoire filmés par des amateurs : film ou document ?, Claire Scopsi (Conservatoire national des arts et métiers)

12h00 Le cinéma amateur projette le numérique, François Albera (université de Lausanne)

Deuxième session — questions d’histoire

Modération : François Albera

14h00 La caméra Pathé-Baby : le cinéma amateur à l’âge de l’expérimentation, Anne Gourdet-Mares (fondation Jerôme Seydoux-Pathé)

14h30 Avec Marcel Borle en Angola : cinéma ethnographique et pratiques amateurs, Teresa Castro (université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)

15h00 Pause

15h30 Un cinéma officiel amateur : les racines artisanales du cinéma gouvernemental québécois, Louis Pelletier (université de Montréal)

16h00 Les clubs ciné-amateur et leurs publications en Suisse, Pierre-Emmanuel Jaques (université de Lausanne)

18h30, site Tanneurs, salle Thélème : Projection de Grandir (2013) de Dominique Cabrera, en sa présence. Modération de Julie Guillaumot, responsable du pôle Patrimoine de Ciclic.

mercredi 24 juin 2015

Troisième session — une figure de l’intime

Modération : Roger Odin

9h00 Se voir, s’aimer dans les home movies : la méta-famille ou l’apprentissage du regard familial, Giuseppina Sapio, (université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)

9h30 Mal du pays : réflexions sur le film de famille, Beatriz Rodovalho, (université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)

10h00 La famille exposée : pratiques du cinéma amateur en Italie, Chiara Rubessi, (université Grenoble 3)

10h30 Pause

10h40 Joseph Morder, le filmateur, Dominique Bluher (université de Chicago)

11h10 Le « modèle amateur » au prisme de l’autobiographie, Boris Lehman et Dominique Cabrera, Juliette Goursat (Esav, Toulouse)

11h40 Boris Lehman (cinéaste), présentation de films

Quatrième session — pour un cinéma différent

Modération : Jean-Pierre Bertin-Maghit

14h00 Lionel Soukaz : contre l’histoire unifiée, la caméra amateur, Stéphane Gérard (cinéaste), Vivien Sica (université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)

14h30 Défendre Vincennes en amateurs, Pratiques cinématographiques et vidéographiques non professionnelles à l’université Paris 8 (1969-1980), Mélisande Leventopoulos (université Paris 8)

15h00 Pause

15h30 « Pour un élargissement de l’expression libre » : modalités d’appropriation militante du Super 8 selon le groupe de réalisation Torr e benn (1972-1975), Sébastien Layerle (Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle)

16h00 Maya Deren, Stan Brakhage, Jonas Mekas : pour une (re)définition du cinéma amateur, Cécile Tourneur (Université Paris 8)

16h30 Conclusion, Benoit Turquety (université de Lausanne)

Parution : « Game of Thrones, série noire »

Game of Thrones, série noire

 Mathieu Potte-Bonneville (dir.), Les Prairies ordinaires, avril 2015

GoT

Dragons et incestes, nains et prostituées, mouvements de troupes et montée de l’Hiver : créée en 2011 par la chaîne HBO à partir des romans de G.R.R. Martin, Game of Thrones décrit un univers d’intrigues et d’incertitudes. Épopée littéraire devenue succès télévisuel sans précédent, la série teinte son univers médiéval et fantastique d’une cruauté et d’un pessimisme neufs, pour raconter la lutte de grandes familles à la conquête du Trône de fer. Elle réserve de nombreuses surprises concernant à la fois les rapports entre réalisme et imaginaire, écrit et télévision, ou guerre et politique. Cet ouvrage collectif réunit critiques, historiens, philosophes, écrivains français et étrangers pour resituer Game of Thrones dans l’histoire de l’heroic fantasy, genre réputé mineur à la conquête d’une audience de masse, pour décrire sa matérialité visuelle et sonore, pour interroger, à travers les raisons qui font de cette série un événement, la manière dont elle éclaire l’état contemporain du monde et celui de la fiction.
Avec des textes de : William Blanc, Gabriel Bortzmeyer, Yann Boudier, Guillaume Bourgois, Gilles Grand, Jack Halberstam, Émilie Notéris, Mathieu Potte-Bonneville et Eugenio Renzi.

Colloque « Imaginaire sériel », Grenoble, 28-29 mai

 

Le colloque fait suite à une série de séminaires organisés à l’université Stendhal (octobre 2013 – décembre 2014), et dont l’objectif était de proposer une réflexion sur le rapport entre la série télévisée et le mythe. Il vise à élargir ce questionnement de façon à interroger l’impact de la sérialité sur notre imaginaire.

 

JEUDI 28 MAI

Séances du matin, salle Jacques Cartier, LANSAD

8h30-9h30 Accueil

9h30-10h Discours d’ouverture et mot d’introduction

10h-11h Keynote Speaker: Malcolm Andrews, Fiction on a Drip-Feed: Dickens and Serialisation

11h-12h15 Session 1 : Matérialité et médium, l’objet livre en série Continuer la lecture de Colloque « Imaginaire sériel », Grenoble, 28-29 mai

Appel : « Renaissance imaginaire »

Renaissance imaginaire : la réception de la Renaissance dans la culture contemporaine (XXe XXIe siècles)

 EPHE/Université de Rouen, 1-2 avril 2016

Comité d’organisation

Mélanie Bost-Fievet (EPHE), Perrine Galand (EPHE), Louise Katz (EPHE, CNRS-IRHT) et Sandra Provini (CÉRÉdI/Rouen)

Crédits image : Assassin’s Creed 2, Ubisoft, 2009

Les études de réception, qui constituent aujourd’hui en France un champ de la recherche en plein essor, ont abordé largement la présence du Moyen Âge[1] et, plus récemment, de l’Antiquité gréco-latine[2] aux XXe et XXIe siècles, en prenant de plus en plus fréquemment en compte les littératures de l’imaginaire et la culture populaire contemporaine. Le colloque organisé en 2012 sur L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain : fantasy, science-fiction, fantastique[3] a notamment permis de mettre en évidence la complexité des jeux de réécriture, de citation, de détournement, et la fécondité des motifs et mythes antiques dans la construction d’univers secondaires, mais a aussi fait apparaître la Renaissance comme un jalon incontournable de la réception de l’Antiquité aux XXe et XXIe siècles.

Pourtant, cette période, envisagée ici sur la longue durée, du Quattrocento à la fin du XVIe siècle, n’a pas encore reçu en France toute l’attention qu’elle semble mériter et que lui accordent déjà depuis plusieurs années les recherches anglophones sur le devenir de la Renaissance anglaise[4]. Continuer la lecture de Appel : « Renaissance imaginaire »

Appel : « Géographie et fiction »

Annales de Géographie, Appel à propositions d’articles, pour le 15 juin 2015 :

« Géographie et fiction, au-delà du réalisme »

Numéro coordonné par : Henri Desbois, Philippe Gervais-Lambony et Alain Musset

 

Un mapa del mundo real no es menos imaginario que un mapa de un mundo imaginario.

A map of the real world is no less imaginary than a map of an imaginary world.

Alfredo Blanco, Mapas/maps, México, 2010-2011

Crédit image : les tags « Rest in Peace » photographiés à Baltimore par Peter Barry

 

Pour accompagner le FIG 2015 consacré aux territoires de l’imaginaire, les Annales de géographie proposent un numéro thématique sur les rapports entre géographie et fiction.

La question générale de la géographie dans les œuvres d’imagination, en particulier en littérature, a déjà été abordée tant du côté des études littéraires que du côté des géographes, ces deux champs se croisant rarement. Récemment, les Annales de géographie ont publié un numéro sur géographie et cinéma. Le recours à la référence fictionnelle en géographie est donc une pratique relativement banale. Cela pose pourtant un certain nombre de questions sur les objets et les méthodes de notre discipline. Que cherchons-nous exactement, et que trouvons-nous dans la fiction, qui fasse géographie ? Quelles sont les évolutions récentes en ce domaine en géographie mais aussi grâce à des approches pluridisciplinaires ? Les éditeurs scientifiques de ce numéro souhaiteraient qu’il soit l’occasion d’apporter des réponses d’actualité à ces questions. Continuer la lecture de Appel : « Géographie et fiction »

Parution : ReSF n°5, « Culture visuelle et avant-garde »

Res Futurae, Revue d’études sur la science-fiction, n°5, mai 2015, Dossier « Culture visuelle et avant-garde », sous la direction de Mehdi Achouche et Samuel Minneresfuturae5-small480

La culture populaire comme l’avant-garde ont suscité des études riches et spécifiques. En faisant dialoguer des spécialistes des deux pôles, ce numéro explore comment, dans les images de la science-fiction, la culture populaire et, à travers l’avant-garde même, toutes les formes d’académisme, même oxymoriques, s’éclairent réciproquement.

Voir le numéro en ligne :

http://resf.revues.org/

 

 

Anne Besson, « Constellations »

 

Anne BESSON, « Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain », CNRS Editions

 

 

Univers alternatifs proliférants, jeux de rôle, fan fictions, atlas imaginaires, bibliographies fictives: les indices d’une évolution de notre rapport aux fictions sont partout. Ils participent à la construction d’un imaginaire commun propre à l’Occident post-moderne: le monde est une histoire, l’oeuvre est un monde, tout est jeu, hors le jeu lui-même.

Les producteurs et les consommateurs se saisissent de plus en plus des oeuvres aimées pour en poursuivre ou en détourner l’intrigue, en incarner les personnages. Si cela n’est pas fondamentalement nouveau, le nombre de ces phénomènes d’expansion et d’appropriation explose avec la démocratisation d’Internet. Usagers, lecteurs, spectateurs, joueurs peuvent devenir créateurs à leur tour, avec un considérable public potentiel. Les oeuvres de fiction deviennent des mondes, le monde réel est fictionnalisé. Nous vivons une ère de l’imagination réhabilitée… Anne Besson décrypte pour nous ce nouvel âge de la fiction.

Poste « Cultures et humanités digitales », Université de Lausanne

Mise au concours par la Faculté des Lettres de l’Université de Lausanne d’un poste professoral (Professeur assistant ou Professeur associé) en Cultures et humanités digitales dans une perspective de Lettres et sciences humaines

Candidatures jusqu’au 15/07/15

Profil souhaité

– Formation universitaire complète et doctorat en sciences humaines (ou impliquant tout au moins une forte composante de sciences humaines).
– Expérience d’enseignement universitaire dans le domaine des cultures et humanités digitales, que ce soit en terme d’objet d’études (digital studies) ou de conception et de développement d’outils pour les Lettres et sciences humaines.
– Recherches attestées dans les domaines relatifs aux cultures et humanités digitales, en particulier dans leur dimension épistémologique, historique, linguistique et littéraire.
– Excellente maîtrise des sciences et technologies de l’information appliquées, dans le champ spécifique des sciences humaines, aux objets tels que textes, images, réseaux etc. Capacité à renouveler ces méthodes.
– Capacité à mener un projet collectif original impliquant plusieurs partenaires.
– Bonne insertion dans les réseaux internationaux

Plus d’informations :

https://applicationsinter.unil.ch/inter/noauth/php/Po/pooffres.php?poid=3535&langage=37

 

Appel : Colloque du CERLI 2015

Appel à communications, Colloque du CERLI 2015

États et empires de l’imaginaire

Christian Chelebourg, Laurent Bazin

Nancy, 19-21 novembre 2015

Crédits image : Inga Nielsen, The Bridge in the Forest (2010)

Les fictions de l’imaginaire sont cosmogoniques, elles ne cessent d’inventer des mondes plus ou moins proches, plus ou moins éloignés de celui dans lequel nous vivons. Elles regorgent d’états, de royaumes et d’empires aux lois étranges, aux mœurs variées, peuplés de monstres cruels et de créatures attachantes. Ce colloque sera l’occasion de revenir sur le sens et la portée de ces univers, mais aussi sur les modalités, tant poétiques que médiatiques, de leur création et de leur développement. Comment l’imagination s’empare-t-elle de l’espace ? Quels rêves et quels cauchemars transpose-t-elle sur ces terres d’invention ? Comment se saisit-elle aussi bien de la physique que de la biologie, de la politique ou de l’économie pour engendrer des chronotopes et des systèmes sociaux dans lesquels lecteurs, spectateurs et gamers s’immergent avec délice ?

Feuilleter cet atlas improbable, c’est aussi questionner l’empire qu’il prend sur le public. C’est l’occasion de s’interroger sur la place de l’imaginaire dans notre représentation du monde. Continuer la lecture de Appel : Colloque du CERLI 2015