Tous les articles par Anne Besson

Colloque : « Chemins de traverse »

Chemins de Traverse en fiction
Colloque interdisciplinaire de jeunes chercheur.euse.s

Ecole Normale Supérieure, salle Dussane

Vendredi 19 et samedi 20 mai 2017, 9h-17h30

La fiction a souvent recours, pour qualifier son rapport au monde, à l’image du chemin : road movie, roman picaresque, ou encore jeu vidéo d’exploration font du sentier, bien plus encore qu’un thème ou une métaphore, la structure organisatrice par laquelle la fiction dans prend forme dans le geste d’arpenter, d’avancer, de cheminer. Nous avons, quant à nous, voulu prendre les chemins de traverse, ceux qui dessinent des géographies alternatives et explorent des espaces ignorés, marginaux ou marginalisés. Sur ces sentiers, domaine des colporteurs, les objets qu’on s’échange ne peuvent qu’être déformés, étranges, illégitimes ; ils esquissent et nous racontent des histoires autres, parfois des histoires de travers.

Motif et structure d’organisation de la narration, le chemin de traverse est aussi un miroir que la fiction se tend à elle-même, un dispositif métadiscursif qui lui permet de se réfléchir et de se penser. La fiction des chemins de traverse est alors, peut-être, une fiction qui se dit spatialement, à travers les figures des déplacements, des détours et des transferts ; une fiction d’un arpentage qui n’est pas le flux continu du récit mais se veut exploration, détour, voire progression à l’envers. 

Ainsi, le chemin de traverse peut aussi devenir le paradigme d’une pratique de recherche. Hors des routes canoniques, nous avons voulu réunir un colloque de jeunes chercheur-euse-s pour discuter objets de mauvais genre et œuvres populaires, disciplines sens dessus dessous et outils transgressifs, et cartographier collectivement les nouveaux sentiers d’une recherche en train de se faire.

Programme

Vendredi 19 mai

  Continuer la lecture de Colloque : « Chemins de traverse »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche » Continuer la lecture de Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Parution : Scandales de Paris

La Vierge du Trottoir, Dubut de Laforest, collection « Les Oubliés », La Taupe médite (éditions du CMZ)

En octobre 1898, Dubut de Laforest et son nouvel éditeur, Fayard, se lancent dans l’entreprise prodigieuse des Derniers Scandales de Paris. Le défi qu’ils se lancent consiste à présenter au public une vaste série romanesque composé de 37 épisodes, totalisant plus de 5000 pages, et diffusée le plus largement possible. Rien de moins !
Depuis qu’il s’est installé à Paris, en 1881, Dubut de Laforest a écrit une trentaine d’ouvrages, des romans, principalement, mais aussi des recueils de contes et des pièces de théâtre. De cette manière, il a acquis une certaine notoriété, laquelle est accrue pas la condamnation de son roman, Le Gaga, pour « outrage aux bonnes mœurs » en 1886. Continuer la lecture de Parution : Scandales de Paris

Le Pardaillan n°2 : le jeu

Le N°2 du Pardaillan propose un éclairage transmédiatique et interdisciplinaire sur la question du jeu, entendu au sens le plus large, ou plutôt aux sens les plus larges : du jeu de plateau au jeu vidéo, en passant par l’écriture cinématographique ou littéraire du jeu, que disons-nous de nous-mêmes lorsque nous jouons ?

Sommaire

Editorial : L’édito dont vous êtes le héros

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – Le romancier en joueur d’échecs : fous, dames et rois chez Michel Zévaco

Dossier : Le Jeu
– Margaux Coquelle-Roëhm – Jeu avec les formes, jeu des formes : les tridents dans Octogone et C de Jacques Roubaud
– Laurent Bozard – Cluedo it yourself. Un polar dont le lecteur est le héros
– Florian Coppier – Jeux de morphologie narrative
– Marine Deregnoncourt – Hunger Games, un jeu au sens propre comme au sens figuré Continuer la lecture de Le Pardaillan n°2 : le jeu

Appel : Contre-culture

Appel de propositions d’articles
La contre-culture et ses marges

Sous la direction de Simon Harel (Département de littératures et de langues du monde, Université de Montréal) et
Simon-Pier Labelle-Hogue (Département et langue et littérature françaises, Université McGill)

Photo: Archives Le Devoir (Québec)

La contre-culture, voire les contre-cultures, ont fait l’objet de plusieurs travaux qui exposent à la fois la richesse et l’ambiguïté de ce syntagme (Bennett, 2014). On remarque en effet une concentration des études portant sur les sixties, où la contre-culture devient un élément indissociable des mouvances culturelles et contestataires de l’époque (Roszak, 1969; Rochon, 1979; Heath et Potter, 2005; Dogget, 2007; Larose et Rondeau, 2016). À l’inverse, plusieurs chercheurs traitent de la contre-culture en mettant de l’avant son caractère pluriel.

De ces travaux procèdent deux attitudes, puisque traiter des contre-cultures sous-entend une série de déclinaisons dans l’espace et le temps. Ainsi, plusieurs auteurs adoptent l’usage du pluriel pour rendre compte des interprétations individuelles du processus comme de la multiplicité des pratiques sociales afférentes en raison de son aspect polymorphe (Bourseiller et Penot-Lacassagne, 2013; Lacroix, Landrin, Pailhes, Rolland-Diamond et Landrin, 2015). Déjà en 1978, Jules Duchastel montrait que la contre-culture jouait sur les contrastes pour ainsi permettre à chacun de se forger une identité. D’autres publications, qui ont porté sur les contextes québécois (Warren et Fortin, 2015) et américain (Saint-Jean-Paulin, 1997; Robert, 2012), soutiennent quant à elles avec justesse que les modes d’appropriation de la contre-culture et de plusieurs de ses caractéristiques culturelles (pseudonymes, prénoms, coiffures, vêtements, musique, etc.) découlent, à tout le moins en partie, de l’opposition aux régimes parental et sociétal. Les jeunes issus du Continuer la lecture de Appel : Contre-culture

Parution : Séries et adaptations

Shannon Wells Lassagne, Television and Serial Adaptation, Routledge, 2017

As American television continues to garner considerable esteem, rivalling the seventh art in its « cinematic » aesthetics and the complexity of its narratives, one aspect of its development has been relatively unexamined. While film has long acknowledged its tendency to adapt, an ability that contributed to its status as narrative art (capable of translating canonical texts onto the screen), television adaptations have seemingly been relegated to the miniseries or classic serial. From remakes and reboots to transmedia storytelling, loose adaptations or adaptations which last but a single episode, the recycling of pre-existing narrative is a practice that is just as common in television as in film, and this text seeks to rectify that oversight, examining series from M*A*S*H to Game of Thrones, Pride and Prejudice to Castle.

Image : la série « Bosch », adaptée des romans de Michael Connelly

Parution : « Encore Robinson »

Cahiers Robinson n°41 (1er semestre 2017):

Encore Robinson

 

 

Les Cahiers Robinson ont été créés en 1997. A l’occasion de cet anniversaire, ils rendent hommage au personnage qui leur a prêté son nom. Après un rappel historique sur les origines de la robinsonnade française et sur certaines approches éducatives comme celle de Germaine Tortel, ce sont les développements récents du mythe, dans la littérature et au cinéma, qui sont principalement envisagés. La figure de Robinson, — quelquefois même son nom seulement —, continue de hanter la conscience occidentale tout en colonisant le reste du monde. Elle illustre aussi le croisement des publics jeunes et adultes que la critique anglo-saxonne range sous le terme de crossover. Robinson devient transculturel, transgénérique et transmédiatique. Mais cette universalité s’accompagne de significations de plus en plus divergentes. D’un côté, la futilité de l’invocation à Robinson dans des jeux qui s’évertuent à dissiper l’angoisse de la réelle solitude ; de l’autre, la morosité des apprentis Robinson, qui connaissent Defoe mais ne l’ont pas bien lu et qui sont incapables aujourd’hui de se hisser à la hauteur de leur modèle. On conclura donc cette revue avec des formes d’insularité trouvées dans le psychisme intérieur plus que dans les territoires exotiques

SOMMAIRE

Danielle Dubois-Marcoin : Robinson, le roman de la mauvaise conscience

Isabelle Nières-Chevrel : À la naissance des « robinsonnades » françaises. Petite bibliographie commentée de La Vie et les Aventures surprenantes de Robinson Crusoé […] au Robinson de douze ans Continuer la lecture de Parution : « Encore Robinson »

Parution : Espionnage et complots

« Espionnage, complots, secrets d’État : l’imaginaire de la terreur» 

Etudes littéraires, volume 46.3

sous la direction de François-Emmanuël Boucher, Sylvain David et Maxime Prévost.

Le monde a peur. L’imaginaire social occidental se définit aujourd’hui, en grande partie, par la terreur : nos discours – et, de plus en plus, nos pratiques – sont ceux de l’État d’exception, voire de l’État de siège, c’est-à-dire ceux de la guerre perpétuelle contre un ennemi dont le moins qu’on puisse dire est qu’il est fuyant. Ce dossier d’Études littéraires se donne pour aire d’analyse les textes qui alimentent et dessinent les grands paramètres de ce monde qui serait encore plus réel que le réel (avec des complots inconnus, des espions de toutes sortes, des menaces qu’on ne saurait détruire et des moyens techniques, financiers, informatiques, etc., d’une puissance sans cesse grandissante). Il prend pour hypothèse que le roman d’espionnage institue, dès ses origines, les mécanismes d’un imaginaire de la terreur et préfigure ses glissements ultérieurs.

Les articles composant ce dossier s’intéressent aux fondations de l’imaginaire de la terreur, des proto-origines du roman d’espionnage à son âge d’or, aux effets de la terreur au quotidien à travers différents genres et littératures nationales, et aux enjeux contemporains investis par la littérature de la terreur et du complot. Ils analysent une belle sélection d’auteurs, allant de Paul Féval à Jean-Jacques Pelletier, en passant par Jules Vernes, Ian Fleming, George Orwell, Martín Kohan, Pedro Mairal, André Benchetrit, Continuer la lecture de Parution : Espionnage et complots

Colloque : Prescription culturelle

La prescription culturelle en question

Cultural prescription in question

Dijon, 5-7 avril 2017

Tout au long du XXe siècle, tout du moins dans les pays qui avaient accès à ces ressources, l’essor de l’industrie des spectacles et de la musique, de la radio, du cinéma, de la télévision, de l’offre muséale et plus généralement des réseaux de communication a impliqué une forte diversification des modes de prescription culturelle et de leur circulation. Ce colloque se propose de décrire, discuter et analyser différentes formes de prescription culturelle que celles-ci soient traditionnelles ou émergentes et ce dans un contexte de globalisation croissante et de crise de l’expertise.

Colloque international à la MSH de Dijon organisé par le GEP (Groupe d’Études de la Prescription) avec le soutien des laboratoires Cimeos et Geriico, de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté et de l’ESPE (Université de Bourgogne).

Programme

5 avril, Demi journée 1

Continuer la lecture de Colloque : Prescription culturelle

Appel : TV Series n°13

TV Series n°13 :

La sérialité en question(s)

Date limite de soumission : 15 juin 2017 (abstract) et 4 mars 2018 (article)

Sous la direction d’Hélène Machinal et Florent Favard

Les séries télévisées contemporaines sont aujourd’hui une forme audiovisuelle populaire et reconnue par la critique universitaire, loin de leur image d’antan, celle du programme télévisuel fatalement « inférieur » au cinéma et désespérément « répétitif ».

Pourtant, au sein de l’université, et notamment dans de nombreuses disciplines qui souhaitent se pencher sur cet objet d’étude (études médiatiques, études culturelles, études en arts visuels, sociologie, etc.), persiste encore l’idée qu’il n’existe pas de cadre théorique pour les aborder d’un point de vue esthétique. Sociologie, sciences de l’information et de la communication, études anglophones ont su y apporter et adapter leurs bagages conceptuels ; mais lorsque vient l’heure de décrire et d’analyser la nature de l’objet, plane encore la comparaison avec l’analyse filmique, maintenue en vie par les déclarations récurrentes de réalisateur.ice.s se lançant dans l’expérience sérielle en l’envisageant comme un film de très longue durée.

Non seulement la série, malgré toute ses évolutions, reste caractérisée par sa division en épisode, par sa sérialité, mais celle-ci Continuer la lecture de Appel : TV Series n°13