Tous les articles par Anne Besson

Appel : lectures du journal

Call for Papers   (pour le 5 mars 2018)

Interrupted Reading – Follow-on Readings: Reading Journals 

International conference of the DFG Research Unit “Journal Literature” (FOR 2288) 

17-19 September 2018 

Ruhr-Universität Bochum 

Image : Le Cabinet de lecture de Johann Peter Hasenclever (1843).

The international conference “Lektüreabbruch – Anschlußlektüren: Journale lesen” (“Interrupted Reading – Follow-on Readings: Reading Journals”) will take place from 17-19 September 2018 at the Ruhr-Universität Bochum. It will be organized by DFG Research Unit 2288, Journal Literature, in the framework of the programme priority “Coherence/interruption”. The aim of the conference is to examine journals of the 19th and early 20th century, taking the concrete materiality of the journal’s form of publication, and its potential to govern reception, as a methodological starting point. The specific temporality and materiality of journal literature governs processes of generation and superimposition of meaning, and both the conditions and the consequences of these processes will be explored. Areas of enquiry will therefore include materially offered reading paths and directions of reading, forms of reflection on journal mediality, and journal-specific logics of format and practices of reception. Case studies are welcome, as are historical and international comparisons, or work in the area of comparative media studies. Proposals focusing on the following areas are invited:

  1. Conditions: production/distribution/communication 

The contemporary reading of journals is subject to specific historical conditions. Developments in the production and distribution of the periodical press can thus be seen as dictating reception processes: they form the technological and economic basis for the diverse forms of periodicity, thereby determining the pace and rhythm of journal reception, and they develop formats and economies which condition journal-specific reception processes. In this sense, discontinuous reading of periodical publications is to be regarded as an effect of journalistic conditions, which are worthy of closer examination. The same goes for the development of coherence-forming practices of reception. This is closely linked with cultural, institutional and medial conditions of contemporary reading, which mediate the media-specific openness of the journal, and develop journal-specific forms of communication. Some of the questions to be asked here are: What developments in printing technology govern the timing of journal reception? At what pace, in what ways, and via what institutions do journals reach their readership? What economic considerations underlie periodical interruptions and their literary counterparts, cliffhangers? In which formats are there tendencies to encourage and institutionalize communication with readers, and what binding force is generated by relevant sections of journals, i.e. the printing of readers’ letters, or sections for correspondence and advertising?

  1. Forms: materiality/time/space 

Secondly, the conference will investigate the temporal and spatial format-related conditions of journal publications, and their effects on the reception of journal literature. The basic temporal and textual-spatial conditions of the journal as a media format, conditions to which both the publication and reading of journals are subject, are not aimed at closure, but at continuation, not at homogeneous coherence, but at heterogeneous diversity and permeable boundaries between written and pictorial components. Possible areas of enquiry therefore include forms of seriality and sequentiality, as well as narrative, thematic or media-format-specific forms of periodic interruption and the development of coherence, which condition both interruptions in reading and follow-on readings. The aim will be to examine micro and macro levels of coherent and discontinuous reception, and ways in which the materiality of journals governs reception: What reading paths and directions of reading are offered by narrative, structural, textual or visual elements? What modes of reception do journals, in their specific structure, mediality and materiality, invite? What reader expectations can be reconstructed in this way, and how are these fulfilled or disappointed?

  1. Consequences: practices/semantics 

The economic and institutional parameters and the resulting forms of journal communication, with their respective format-related conditions, favour the development of certain practices of reception and corresponding semantics. This raises the question of what practices of reception are implied by the logic of the format, which is based on coherence/interruption. The development of coherence takes place, for example, on the level of archiving: the binding of a year’s issues into a single volume, the issuing of title pages, the supplying of covers at the end of the year, and perhaps even indexes or library classification systems emphasize the nature of journals as works. Another question to be asked in this context – as part of the focus on coherence and interruption – is how to evaluate different options for reception resulting from parallel editions of a journal with differences in quality and design, or different intervals of publication (daily, weekly or monthly); different rhythms of distribution (e.g. depending on the place of residence of the subscriber) should also be taken into account. In this context we would also welcome contrasting studies on book and journal reception, on contexts of reception relevant across different works, and on ‘migrating’ texts and figures, which transcend the boundaries of more than one issue or of different journals. Removed from the context of the individual journal, individual (segments of) texts appear as mediated through decontextualized and recontextualized practices, embedded in partly private, partly public forms of reception and presentation such as scrapbooks, albums, reprints or grangerized books. These also seem a promising object of study in the framework of this section.

Submissions

Presentations should be 25 minutes long. The conference languages will be English and German, but papers in French are also welcome. Travel and accommodation costs will be covered by the research unit organizing the conference. Applicants should send an abstract (maximum length 500 words) and a short CV (maximum length 150 words) to journalelesen@rub.de by 5 March 2018.

The conference will be organized by sub-projects 2 (Nicola Kaminski, Volker Mergenthaler, Nora Ramtke, Sven Schöpf) and 6 (Monika Schmitz-Emans, Christian A. Bachmann) of DFG Research Unit 2288, Journal Literature.

Please address any queries to journalelesen@rub.de

Website of the research unit: https://journalliteratur.blogs.ruhr-uni-bochum.de/

Appel : Pierre Bordage

Appel à contributions pour le dossier du n°13 de ReS Futurae : Pierre Bordage

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Échéances

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 avril 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net). La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Après les premières lectures de Chauvin et Cornillon (2014) et les entretiens de 2010 et 2017, il conviendrait d’approfondir l’étude de l’œuvre dans son ensemble : par exemple les cycles de L’Enjomineur (2004-2006), de La Fraternité du Panca (2007-2012) ou ses derniers romans commeEchos dans le temps (2016) ou Arkhane (2017). Si la question de l’humanisme, de la spiritualité, ou encore de l’utopie ont déjà été abordés (Vas-Deyres, 2013), qu’en est-il de la question du mal et de la violence par exemple dans son œuvre ? Comment se construit la narration dans ses œuvres ? Quel est son travail stylistique ? Comment aborder ses œuvres sous l’angle générique ? Nous pourrions également nous interroger sur les rapports de Pierre Bordage avec l’institution éditoriale, sur son travail avec ses différents éditeurs. Autant de questions qui gagneraient à être explorées davantage, en mêlant les approches critiques.

Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », mais il serait ainsi intéressant d’approfondir le travail stylistique de ses textes et leur construction narrative. Il se dit « scriptural » plutôt que « structural », selon la terminologie de Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003).Pour lui, « L’écriture est une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. Comment travaille-t-il par exemple l’alternance des points de vue et quelle vision du monde cette construction narrative porte-t-elle ?L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, ne sont-ils pas finalement au centre de ses histoires ?

D’autre part, si l’adjectif humaniste lui est fréquemment accolé, de quel humanisme parle-t-on ? Quelles sont les interrogations philosophiques et anthropologiques portées par son œuvre ? Les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses récits : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy) que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. Comment cette source imprègne-t-elle son œuvre ? Serait-elle une voie de compréhension possible de l’ambiguïté/hybridité générique des textes de Pierre Bordage ?

La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité – des thèmes qui lui tiennent à cœur – construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers semblant souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Denis Jeffrey, Jouissance du sacré, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus problématique. Quel est ainsi la place du corps dans son œuvre ? Et celle de l’esprit ? De quelle spiritualité parle-t-il ? Y a-t-il aussi une place dans ce cadre pour le politique ?Ce sont là quelques-uns des aspects que nous souhaiterions voir aborder dans ce dossier.

Le numéro est ouvert à des articles sur une œuvre singulière mais également à des synthèses abordant de manière traversale un ou plusieurs aspects de l’œuvre de Pierre Bordage. Nous souhaiterions en particulier que soient explorés les points suivants, sans pour autant y limiter cet appel :

Les sources mythologiques et la dimension épique de son œuvre.

La question du genre (diversité des ancrages génériques : science-fiction, fantasy, etc).

La diversité des formats des textes : romans, nouvelles.

Les expérimentations transmédiatiques et cinématographiques : jeux vidéo, scénarios,bande-dessinée.

Le rapport aux éditeurs (L’Atalante, Le Diable Vauvert, Organic…).

L’écriture : la question du style, de la description, de la narration et des points de vue, la structure des récits.

La dimension spirituelle et philosophique.

Le rapport à la violence, la question du mal.

La dimension sociale et politique.

La réception de l’œuvre de Pierre Bordage (publique et critique).

Bibliographie critique indicative :

Atallah Marc, « Nouvelle vie TM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? in Fictions politiques, Michel Prat et Alain Sebbah (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°73, 2006.

Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.

Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Evangile du Serpent de Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.

Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.

Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire: l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in L’Utopie entre eutopie et dystopie, en hommage à Claude-Gilbert Dubois, Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°110, 2013.

Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris, Honoré Champion, 2013, chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p.366-380.

Entretiens :

Cornillon Claire, « Les romanciers sont-ils dépassés par leurs personnages ? Entretien avec Pierre Bordage », entretien réalisé pour le site culturel L’Intermède en juillet 2011 [URL http://www.lintermede.com/dossier-sf-portrait-pierre-bordage-ecrivain.php]

Comballot Richard, « Pierre Bordage », in Voix du futur – Entretien avec huit auteurs de science-fiction (Stefan Wul, Michel Jeury, J.-P. Andrevon, Serge Brussolo, Jacques Barbéri, Ayerdhal, Pierre Bordage, Maurice G. Dantec), Paris, collection « La bibliothèque voltaïque », Les Moutons électriques, 2010.

Vas-Deyres Natacha et Cornillon Claire, « Pierre Bordage, le passeur d’histoires », entretien réalisé avec le service audiovisuel de l’Université Bordeaux Montaigne et diffusé sur France-Culture, mai 2017, [URL https://www.franceculture.fr/conferences/universite-bordeaux-montaigne/pierre-bordage-le-maitre-de-la-science-fiction-made-france]

Séminaire : Cinéma de genre

Séminaire « Cinémas de genre. Formes, usages, étiquetages »

Longtemps délaissés par la littérature académique, la notion de genre et les nombreux enjeux qu’elle recouvre suscitent depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de réflexions qui ont contribué à un renouvellement des études cinématographiques ainsi qu’à l’émergence de nouveaux champs de recherche, liés notamment à l’étude de la réception, des publics, de la cinéphilie et des usages sociaux liés au cinéma.

Ce séminaire entend participer à ce renouveau et contribuer à Continuer la lecture de Séminaire : Cinéma de genre

Appel : Architecture en BD

Journée d’étude CORPUS / CLIMAS
Université de Picardie Jules Verne / Université Bordeaux Montaigne
Amiens, Logis du Roi, lundi 4 juin 2018

Image : « The Long Tomorrow »,  Dan O’Bannon et Moëbius

Appel à contribution, pour le 30 mars 2018

Le décor est un personnage principal dans la fiction, voire le héros de l’intrigue. Ce truisme n’est jamais aussi vrai que dans les arts visuels et particulièrement graphiques. Il fait aussi souvent dans la bande dessinée grand public l’objet d’une attention et d’un déploiement technique (perspective rigoureuse, place de choix dans la page, etc.), qui le met en avant et le rend autonome graphiquement.
Le recours aux assistants, le choix des outils, ou la mise en couleur font du décor le lieu privilégié du déploiement des effets de “masque”, que Scott McCloud décrit comme la juxtaposition dans une même case d’un dessin simplifié ou “iconique”, qui permet une identification directe, et de décors visant au réalisme (McCloud 42-43). Tintin ou Cerebus offrent de nombreux exemples du procédé, sur les effets duquel cette journée d’étude pourra se pencher.
Thierry Groensteen souligne quant à lui l’homologie entre la mise en page de bande dessinée et l’architecture, homologie dont les travaux de Chris Ware donnent une ample démonstration, mais qui se trouvent aussi utilisée aussi bien dans la bande dessinée de science-fiction des années 50 (“There Will Come Soft Rains”, adapté par Wood et Feldstein) que dans un roman graphique expériment publié en 2010 comme Travelling square district, de Greg Shaw. La métaphore architecturale se révélerait-elle plus féconde que la comparaison récurrente avec le cinéma ?
La technologie informatique et les stratégies transmédia affectent-elles cette représentation du décor et de l’édifice? Les rares bandes dessinées en ligne qui insèrent des fichiers gif dans leurs planches utilisent surtout cette possibilité de mouvement pour animer un arrière-plan, toile de fond mouvante et décorative de laquelle se détachent les personnages fixes.
Enfin, quelle stature le décor acquiert-il lorsque que plusieurs auteurs sont invités à travailler à partir de document descriptifs communs, qui maintiennent le même aspect d’un édifice ou d’un décor à l’intérieur des différentes déclinaisons du même univers fictionnel (la série de science-fiction Infinity 8, dirigée par Olivier Vatine et Lewis Trondheim en offre un exemple récent) ?

Cette journée d’études qui aura lieu au Logis du Roi à Amiens, à l’ombre d’une cathédrale, se propose donc d’étudier les formes, dynamiques et stratégies de l’édifice en bande dessinée. Les présentations pourront porter sur les thèmes recensés dans la liste non-exhaustive ci-dessous.

Les propositions de communication (environ 300 mots), en français ou en anglais, devront être adressées à Amélie Junqua et Nicolas Labarre avant le 31 mars 2018.
nicolas.labarre@u-bordeaux-montaigne.fr
ajunqua@gmail.com

Typologie des édifices en BD
L’édifice religieux ou symbolique
La tour, symbolique et représentations
Monument et mémoire : la tombe et la statuaire (on pense à celle de Superman dans “Whatever Happened to the Man of Tomorrow?”, d’Alan Moore et Curt Swan, ou aux tombeaux cosmiques des albums de Philippe Druillet)
L’édifice des super-héros: repaire, forteresse, nid d’aigle ou base secrète

Dynamique du lieu
L’édification et la destruction : thèse et antithèse
Détruire le décor: “chewing the scenery” ou plaisir infantile?
L’édifice, métatexte de l’œuvre graphique (thématique illustrée par In the Shadow of No Tower, d’Art Spiegelman)
Le mouvement ou la description dans l’édifice : course-poursuite, visite, quête et errance
Usages du monumental
Décor et paysages mentaux : quelle spécificité pour la bande dessinée par rapport à la littérature (la différence entre High Rise, de Ballard et Brüsel, de Schuiten et Peeters) ?

Scénographie et bande-dessinée :
deux univers poreux? (les oeuvres de François Schuiten et Marc-Antoine Mathieu)

Le décor, rupture graphique?
Le décor comme lieu privilégié des effets de “masque”
Le décor, la graphiation en partage : assistants et ruptures stylistiques
Ecorchés et vues d’ingénieur, le décor dans le péritexte
Le décor comme contrainte :
invocation, élision, simplification
Caractérisation minimale : le “degré zéro” du décor et ses usages
Le décor dans le comic strip et les formes courtes, un usage spécifique?
Le décor, une spécificité nationale?
La mégalopole des récits super-héroïques
L’exaltation patrimoniale, marqueur de l’européanité? (on peut citer Tardi, Schuiten, Justice League Europe)
Orientalisme et minarets : le décor comme trace d’un ailleurs fantasmé

Les nouveaux lieux:
Les nouveaux supports de la bande dessinée: représentation/perception de l’espace en 3D, bande dessinée en gif, en ligne, les bibliothèques de ressources partagées.

Bibliographie indicative

Sources primaires :
James Graham Ballard, High Rise (roman)
François Boucq, Face de Lune: la cathédrale invisible
Boulet, http://www.bouletcorp.com/2013/10/08/notre-toyota-etait-fantastique/
http://www.bouletcorp.com/2013/08/02/le-long-voyage/
Jimenez Lai, Citizens of no place
Vincent Malgras, Camille Prieur, Antoine Teix, http://www.odysseedeuxpointzero.fr/
Marc-Antoine Mathieu, Labyrinthum ; Les Sous-sols du révolu ; etc.
Alan Moore et Curt Swan, Whatever Happened to the Man of Tomorrow
Joe Casey et Mike Wieringo, “Shipbuilding”, Adventures of Superman #596, DC Comics
Greg Shaw, Travelling Square District
François Schuiten et Benoit Peeters, Brüsel ; La Tour ; La fièvre d’Urbicande ; etc.
Art Spiegelman, In the Shadow of No Tower
Jacques Tardi, Les aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec (1976 – )
Chris Ware, Building Stories

Collections directement axées sur la mise en valeur du patrimoine:
https://www.bedetheque.com/serie-8223-BD-Monuments-historiques-en-BD.html
http://www.editions-delcourt.fr/serie/paris-malefices-01-la-malediction-de-la-tour-saint-jacques.html

Sources secondaires :
Ahrens, Jörn et Arno Meteling. Comics and the City. Urban Space in Print, Picture and Sequence (London, New York: Continuum, 2010)
Bartual, Roberto. “Architecture and comics. Citizens of No Place.” In: Ernesto F. Priego Ramirez (eds.): The Comics Grid. Journal of Comics Scholarship. Year One. (London: The Comics Grid Digital First Editions, 2012) pp. 190–192.
Bredehoft, Thomas A. “Comics Architecture, Multidimensionality, and Time. Chris Ware’s Jimmy Corrigan: The Smartest Kid on Earth.” In: Modern Fiction Studies 52.4 (2006), pp. 869–890.
Carrier, Mélanie. “L’organisation urbaine et iconique dans l’œuvre de Marc-Antoine Mathieu.” In: Bertrand Gervais und Christina Horvath (eds.): Écrire la ville. (Figura, 14.) (Montréal: Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, 2005), pp.169–182.
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Groensteen, Thierry. “Gigantisme” (2016), http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1049
Groensteen, Thierry. Système de la bande dessinée (Paris: PUF, 1999)
Lee, Stan. Stan Lee’s How to Draw Comics: From the Legendary Co-Creator of Spider-Man, the Incredible Hulk, Fantastic Four, X-Men, and Iron Man. (New York: Watson-Guptill Publication, 2010), pp. 105-109
Lund, Martin. “‘Every day is 9/11!’. Re-constructing Ground Zero in three US comics.” In: Journal of Urban Cultural Studies 4.1–2 (2017), pp. 241–261.
McCloud, Scott. Understanding Comics (NYC: Kitchen Sink Press, 1993)
Pascoal, Renata Rafaela. “The Architecture in Comics.” In: Comics Forum (23. Jan. 2015) https://comicsforum.org/2015/01/23/the-architecture-in-comics-by-renata-rafaela-pascoal/
Thévenet, Jean-Marc. Archi & BD: la ville dessinée, Volume 39, (Monografik éditions, 2010)

++++

CALL FOR PAPER
Comic and graphic novel workshop (CORPUS / CLIMAS)
Université de Picardie Jules Verne / Université Bordeaux Montaigne
Amiens, Logis du Roi, Monday June 4
The edifice is in the panel – monumental architecture in comics

To declare that the setting is the main protagonist of a fiction is to state the obvious. This is especially the case in visual, and particularly graphic, arts. In comics or graphic novels, the setting is granted special attention and efforts that make it an autonomous character. Several possible lines of enquiry are suggested here.

Because the creation of the setting is often left to assistants or realized through dedicated tools and techniques (in the line art, in the coloring, etc.), they are one of the most common sources  of the “masking effect” described by Scott McCloud (McCloud 42-43). When within the same panel a simplified, “iconic” drawing that triggers an instant identification on the part of the reader, is juxtaposed onto a more realistic setting, in works such as Tintin or Cerebus, one may wonder how this two-tiered representation shapes the act and awareness of reading.

Furthermore, researchers (Groensteen, Pascoal) have noted the similar use of a layout in comic and architecture. Chris Ware’s monumental demonstration is a frequently used example, but this is also exemplified by 1950s science fiction comics (“There Will Come Soft Rains” by Wood and Feldstein) or by recent experimental graphic novels like Travelling square district (Greg Shaw, 2010). Can the metaphor of architecture prove to be more fertile than the hackneyed comparison of comics to cinema?

New technologies and access to the internet have brought forth transmedia strategies of representation that necessarily affect the setting, especially when it attempts to mirror an edifice. The few online comics that may be read with gif files within their panels use such potential for movement to animate the background against which static characters stand out. What is therefore changed in the perception of space?

Lastly, what does the setting become when several authors collaborating on a common project are given a set of shared guidelines and maps to a fictional universe? A recent example of one such venture is the science fiction series Infinity 8, led by Olivier Vatine and Lewis Trondheim.

Our one-day conference thus welcomes French- and English-speaking researchers to contribute to these possible debates on the forms, dynamics and strategies of edifices in the art of comics. It will appositely take place in the shadow of a cathedral, in Amiens, Logis du Roi. Listed below are several possible themes to take inspiration from.

Please send your proposals (some 300 words) in French or English to Nicolas Labarre and Amélie Junqua before the 31rst of March, 2018.
nicolas.labarre@u-bordeaux-montaigne.fr
ajunqua@gmail.com

A typology of edifices in comic
The palace or the temple: edifices of power or faith
Symbolism and representations of the tower
Monument and memory: tombs and statues (“Whatever Happened to the Man of Tomorrow?” by Alan Moore and Curt Swan, Philippe Druillet’s cosmic tombs)
The superhero’s home: the lair, the fortress, the watchtower, the secret HQ

Dynamics of the edifice
Construction and destruction, thesis and antithesis
The purposes of destruction: “chewing the scenery” or child-like pleasure?
The edifice as a metatext of the graphic work (In the Shadow of No Tower, Art Spiegelman)
Movement through and description thereof: pursuit, visit, quest and wandering in the edifice
Uses and abuses of the monument
The setting and the mental landscape, comic vs literature (High Rise, Ballard and Brüsel, Schuiten and Peeters)

Stage design and comic
Two neighbouring realms? (François Schuiten and Marc-Antoine Mathieu)
The setting as a constraint
Allusion, simplification, omission
Minimal characterisation, or the use of absence
Comic strips and short comics: a specific type of setting?

National landmarks
The megalopolis in the superhero genre
The display of monuments in European comics
Orientalism and minarets

New places
3D representation/perception of space, gif-supported comics, online comic

Selected bibliography

primary sources:
James Graham Ballard, High Rise
François Boucq, Face de Lune: la cathédrale invisible
Boulet, http://www.bouletcorp.com/2013/10/08/notre-toyota-etait-fantastique/
http://www.bouletcorp.com/2013/08/02/le-long-voyage/
Jimenez Lai, Citizens of no place
Vincent Malgras, Camille Prieur, Antoine Teix, http://www.odysseedeuxpointzero.fr/
Marc-Antoine Mathieu, Labyrinthum, Les Sous-sols du révolu
Alan Moore and Curt Swan, Whatever Happened to the Man of Tomorrow
Joe Casey et Mike Wieringo, “Shipbuilding”, Adventures of Superman #596, DC Comics
Greg Shaw, Travelling Square District
François Schuiten and Benoit Peeters, Brüsel, La Tour, La fièvre d’Urbicande
Art Spiegelman, In the Shadow of No Tower
Jacques Tardi, Les aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec
Chris Ware, Building Stories

National Heritage collections:
https://www.bedetheque.com/serie-8223-BD-Monuments-historiques-en-BD.html
http://www.editions-delcourt.fr/serie/paris-malefices-01-la-malediction-de-la-tour-saint-jacques.html

Secondary sources
Ahrens, Jörn et Arno Meteling. Comics and the City. Urban Space in Print, Picture and Sequence (London, New York: Continuum, 2010)
Bartual, Roberto. “Architecture and comics. Citizens of No Place.” In: Ernesto F. Priego Ramirez (eds.): The Comics Grid. Journal of Comics Scholarship. Year One. (London: The Comics Grid Digital First Editions, 2012) pp. 190–192.
Bredehoft, Thomas A. “Comics Architecture, Multidimensionality, and Time. Chris Ware’s Jimmy Corrigan: The Smartest Kid on Earth.” In: Modern Fiction Studies 52.4 (2006), pp. 869–890.
Carrier, Mélanie. “L’organisation urbaine et iconique dans l’œuvre de Marc-Antoine Mathieu.” In: Bertrand Gervais und Christina Horvath (eds.): Écrire la ville. (Figura, 14.) (Montréal: Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, 2005), pp.169–182.
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Groensteen, Thierry. “Gigantisme” (2016), http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1049
Groensteen, Thierry. Système de la bande dessinée (Paris: PUF, 1999)
Lee, Stan. Stan Lee’s How to Draw Comics: From the Legendary Co-Creator of Spider-Man, the Incredible Hulk, Fantastic Four, X-Men, and Iron Man. (New York: Watson-Guptill Publication, 2010), pp. 105-109
Lund, Martin. “‘Every day is 9/11!’. Re-constructing Ground Zero in three US comics.” In: Journal of Urban Cultural Studies 4.1–2 (2017), pp. 241–261.
McCloud, Scott. Understanding Comics (NYC: Kitchen Sink Press, 1993)
Pascoal, Renata Rafaela. “The Architecture in Comics.” In: Comics Forum (23. Jan. 2015) https://comicsforum.org/2015/01/23/the-architecture-in-comics-by-renata-rafaela-pascoal/
Thévenet, Jean-Marc. Archi & BD: la ville dessinée, Volume 39, (Monografik éditions, 2010)Journée d’étude CORPUS / CLIMAS

Marie-Lucie Bougon (U. Artois)

Marie Lucie Bougon est doctorante contractuelle à l’université d’Artois et prépare une thèse de Littérature comparée intitulée La réception de la fantasy en France de 1972 à nos jours : de l’importation à l’appropriation sous la direction d’Anne Besson. Elle est également membre de l’équipe du projet LégiPop auquel elle a participé en tant que vacataire.

Publication :

« L’imaginaire apocalyptique et son réinvestissement dans Battlestar Galactica de Ronald D. Moore : du piège des prophéties à la quête de liberté », Philosopher avec Battlestar Galactica, dirigé par Monica Michlin, TV/Series n°11, juin 2017.

 

Appel : Fantasy et Histoire(s)

Fantasy et Histoire(s)

22-23 mai 2018

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Appel à communication

La fantasy, ou « l’histoire-fiction » ? On peut être tenté de la qualifier ainsi, en un clin d’œil au genre voisin de la « science-fiction », tant l’Histoire, ou peut-être les Histoires, constituent la grande affaire de ce genre du merveilleux contemporain, grandi sous l’ombre tutélaire de Tolkien pour atteindre sa pleine croissance ces dernières décennies – comme la Science, les sciences, étaient l’enjeu central pour la SF, en y suscitant les mêmes paradoxes féconds : comment une science, fût-elle humaine (trop humaine), peut-elle produire de la fiction ? Comment les histoires s’emparent-elles de l’Histoire, et à quel prix ? La question des rapports entre documentation et imagination, érudition et création, qui se pose également au roman historique par exemple (on s’intéressera à la frontière mouvante entre ces genres) le fait de façon originale pour des univers de fantasy qui trouvent leur ancrage caractéristique dans un passé revu et corrigé par la présence du surnaturel. Le cadre néo ou pseudo-médiéval qui s’impose au cœur du genre, dans la fantasy « épique » dite encore « medieval fantastic » (medfan), est particulièrement représentatif de cette histoire revisitée, mais l’important développement des uchronies ou de sous-genres comme la « fantasy historique » ou la « fantasy néo-victorienne » amène à généraliser le constat, et à se pencher de façon systématique sur les Continuer la lecture de Appel : Fantasy et Histoire(s)

Appel : Marginalité en littérature populaire

Pour sa prochaine livraison, à paraître mi-2018, La revue L’Ull crític lance un appel à contribution pour un numéro portant sur la marginalité dans la littérature populaire.

 L’Ull crític est une revue d’études de langue et de littérature françaises et francophones. Elle contient des articles originaux et inédits portant sur les domaines cités, en plus d’autres sur des aspects culturels, de littérature comparée, de réception. Ses langues de rédaction sont le catalan, le castillan et le français.

Responsables du numéro : Dr. Àngels Santa – Dr.Carme Figuerola

Descriptif :

La littérature populaire est déjà en soi même une littérature de la marge par les circonstances de sa naissance et par l’emplacement  Continuer la lecture de Appel : Marginalité en littérature populaire

Appel : Posthumains en séries

Revue en ligne TV Series « Posthumains en séries »

Réponses attendues avant le 15 mars 2018

S’appuyant sur les travaux de la journée d’études « Posthumain(s) en série(s) organisée par Monica Michlin (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Claire Cornillon (Université de Nîmes) le 24 novembre 2017 à la Maison de la recherche de l’Université Paul-Valéry, le numéro 14 de la revue TV/Series, qui paraîtra en décembre 2018, sera intitulé Posthumain(s) en série(s).

Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines qui s’intéressent au posthumain tel qu’il apparaît dans les séries télévisées, de Battlestar Galactica à Caprica, de Person of Interest ou Westworld à Black Mirror, de Dr. Who à Orphan Black, à contribuer à ce numéro. Les définitions larges du « posthumain » seront acceptées, allant du robot (cyborg, androïde), à l’humain « augmenté » ou à la machine qui accède à l’intelligence artificielle, mais incluant aussi l’humain transformé par un parasite, et autres formes de « mutation » posthumaine.

L’on s’intéressera aussi bien aux aspects éthiques qu’esthétiques, dans une réflexion sur la mise en abyme du « posthumain » dans la « machine » sérielle , ou dans des microlectures de moments ou d’épisodes spécifiques montrant l’accès à la sentience et à la Continuer la lecture de Appel : Posthumains en séries

Appel : Nourritures

Pardaillan n°5 « Nourritures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2018

Image : Pieter Aertsen (1508-1575), Etal de boucherie avec la fuite en Egypte

Le cinquième numéro du Pardaillan, revue interdisciplinaire de littératures populaires et cultures médiatiques, sera consacré à un thème transversal, la nourriture. Présente dans tous les mythes, la nourriture fait de toute évidence partie des constantes de l’imaginaire humain [1]. Actes de prédation et de nutrition, banquets et famines, scènes de cuisine et de dévoration, source de vitalité et perversion excessive… la représentation de la nourriture prend bien des facettes, témoignant de notre rapport complexe, parfois comique, parfois angoissé, parfois sensuel jusqu’à l’érotisme, à ce dont ont se nourrit.

De fait, on mange beaucoup, en littérature : la nourriture a donné lieu à quelques « passages cultes », du repas démesuré de Pantagruel chez Rabelais, à la madeleine de Proust génératrice de mémoire spontanée [2]. La littérature dite populaire, quant à elle, est le lieu Continuer la lecture de Appel : Nourritures

Appel : Séries TV 1950-1970’s

Les séries télévisées des networks américains dans les années 1950, 1960 et 1970

Journée d’études, 7 mai 2018

Dans le cadre du projet Network TV

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21

Organisée avec le soutien de GUEST-Normandie

Réponses attendues avant le 12 février 2018

A partir de 1948 avec le lancement aux Etats-Unis de la télévision commerciale, les trois grands Networks (CBS, NBC et ABC) ne cessent de se concurrencer en créant des programmes et des séries des plus innovants. C’est pendant les trois premières décennies de cette ‘guerre’ d’audimat et d’originalité que sont nés tous les modèles et formats importants du récit télévisuel qui ont perduré et évolué vers les programmes d’aujourd’hui, aussi bien pour les comédies que pour les séries dramatiques. Continuer la lecture de Appel : Séries TV 1950-1970’s