Appel : Nouvelles vulgarisations

« Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir »

Vendredi 15 juin 2018, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journée d’étude, dans le cadre de LégiPop, projet structurant MESHS-Lille Nord de France : legipop.hypotheses.org

Le contexte culturel de la postmodernité est marqué par une dé-hiérarchisation des pratiques « savantes » et « populaires » de plus en plus nette, accentuée encore par l’usage des outils numériques. Nous assistons à une explosion des supports de vulgarisation scientifique : blogs, vidéos, bande-dessinées, romans, expositions, conférences, essais, ateliers, théâtre, illustrations, etc. Le développement récent, dans l’université française, de nouveaux modes d’enseignements, sous la forme des MOOC, qui ouvrent les recherches en lettres à un nouveau public, propose ainsi de nouvelles formes de diffusion et, dans le même temps, redéfinit peut-être le domaine même de la recherche scientifique ainsi que celui de l’enseignement académique. Il est dès lors nécessaire, pour la recherche en littérature et sciences humaines, de réfléchir aux moyens de sa propre diffusion, d’examiner les (nouvelles) formes d’écriture entendant transmettre le savoir au grand public. L’invention de ces nouvelles formes et des nouveaux espaces de médiatisation – la « Petite bédéthèque des savoirs » lancée par les Éditions Lombard, les chaînes de youtubeurs pour apprendre l’histoire antique ou la mythologie grecque, etc. – sont-elles des exemples et leviers permettant l’émergence de véritables contre-propositions médiatiques de la part des SHS ? La mise en publicité des savoirs et des résultats de la recherche, leur circulation par des supports variés entre monde universitaire et société civile, largement traitée dans le cas des sciences dites dures (Boltanski et Maldidier 1977, Jacobi 1986, Fayard 1988), demeure encore un impensé dans le cas des humanités, des SHS, des études littéraires. L’écriture du savoir est certes soumise à des règles et des contraintes, pérennisées à travers des textes et des objets, relais d’une représentation d’un monde, dépendant du contexte culturel, économique et politique dans lequel ils se réalisent, mais aussi en constante mutation, suivant les mouvements d’évolution des savoirs eux-mêmes.

Il s’agira de réfléchir aux nouvelles pratiques possibles de l’écriture critique, tout en faisant retour sur les formes anciennes de la vulgarisation qui, pour certaines, revendiquaient l’appartenance à la sphère littéraire autant que savante. L’interrogation, actuellement prégnante chez certains historiens tels qu’Ivan Jablonka (2014), sur l’usage de l’écriture littéraire comme argument savant pourrait mener les chercheurs en littérature à inventer ou à recréer les formes littéraires populaires de la critique savante. À titre d’exemple, les chercheurs en littérature pourraient, comme les historiens, s’emparer de la forme de l’histoire littéraire contrefactuelle, souvent pratiquée dans les premières histoires littéraires du XIXesiècle, qui semble n’être efficace qu’à partir du moment où elle peut se déployer sur un socle commun et qui, dans le champ des sciences sociales, est souvent apparue comme peu « scientifique ». La journée d’étude et le projet « LégiPop » se proposent donc de poursuivre l’enquête sur les pratiques de vulgarisation ou de médiatisation scientifique disponibles et à inventer, les formes de diffusion des savoirs en SHS, les formes des écritures critiques et savantes, et d’en réévaluer les lacunes et les zones d’ombre :

– dans une perspective historique : le « populaire » des années 1960 n’est pas plus le « populaire » des années 1980 qu’il n’est celui des années 2010. Il s’agira de montrer, en acte, combien la diffusion permise par les outils numériques a pu modifier le sens même du « savant », du « populaire » et les procédés de légitimation : l’usage des MOOC n’est-il pas un moyen de vulgarisation participant de la légitimation des savoirs ? Sans doute est-il plus exact de considérer que le « populaire » (au sens plus neutre des cultural studies) est ce que les savants et ceux qui professent un savoir en dehors des institutions académiques entendent par « populaire » et que le « savant » est aussi ce que les « doctes » et ceux qui n’inscrivent pas leurs études dans le domaine des institutions scolaires ou académiques entendent par « savant » et par « légitime ». La vulgarisation ou la « popularisation » (pour reprendre le terme en cours en France au XVIIIe siècle dont l’équivalent anglais « popularization » n’est pas chargé de connotations péjoratives) s’oppose-t-elle encore à la « légitimation » ? L’une et l’autre démarches ne tendent-elles pas à se confondre dans l’usage ou l’échange de formes communes ? Où tracer les frontières entre critique et écriture savante ? L’essai ne constitue-t-il pas un terrain d’étude privilégié pour penser cette question du rôle critique des humanités à travers une médiatisation susceptible de toucher la sphère extra-académique ? Comment envisager l’activité de vulgarisation sans s’interroger sur les conditions historiques de son développement ?

– dans sa dimension pratique : quelles formes et modalités prennent ces nouveaux discours de la connaissance ? Comment le savoir académique s’arroge-t-il les formes non universitaires, invente-t-il des écritures de vulgarisation par la remédiation de discours savants (BD, twitter) ou l’investissement des supports numériques ? Le savoir peut-il se dire sous d’autres formes qui ne passent pas pour du « savoir » ou une écriture « savante » ? L’accès du plus grand nombre à un certain type de recherche universitaire ou encore à des procédés d’écriture ou de commentaires entraîne-t-il nécessairement, en retour, une redéfinition non seulement du savoir académique en littérature, mais aussi de ses objets et de ses catégories ? On pourra également interroger les enjeux de traduction des savoirs à des publics « non initiés » et se demander ce que ces formes de médiation font à l’écriture scientifique elle-même. Il s’agira enfin de réfléchir aux effets et aux mises en pratique de ces nouvelles ou anciennes formes d’écriture des savoirs, force de projection des idées.

– suivant une approche politique : l’émergence du concept de « citizen science » (science citoyenne) et la (re)politisation du champ du savoir (Sibertin-Blanc et Legrand 2009, Stilgoe 2009, Suchet 2016) soulignent la mobilisation des connaissances de la société civile en vue d’une co-construction des savoirs, ou orientant les recherches des chercheurs vers l’intérêt commun, pour élaborer un nouveau régime de savoir. Le lien entre choix scientifiques ou technologiques et choix politiques étant reconnu, le modèle de participation du public porte en lui un potentiel qui pourrait profondément changer la nature du travail académique, le rôle des citoyens et le jeu démocratique. Comment s’opère cette aptitude à constituer et transmettre des savoirs critiques, à savoir des savoirs conscients de leurs mécanismes d’élaboration, de leurs enjeux et de leur valeur dans le champ social ? Quelles formes prennent ces pratiques entendant exploiter la dimension opératoire des humanités, contribuant à mettre en question les partages établis et l’économie des savoirs ? Comment penser cette approche et quelles en sont les incidences dans les frontières entre science et opinion, dans les dialogues entre savoir et pouvoir ?

Les réponses sont à envoyer pour le 28 février 2018 à Anne Isabelle François et Sarah Lécossais.

anne-isabelle.francois@sorbonne-nouvelle.fr

sarah.lecossais@univ-paris13.fr

 

Bibliographie indicative

Adenot Pauline, « Les pro-am de la vulgarisation scientifique : de la co-construction de l’ethos de l’expert en régime numérique », Itinéraires [En ligne], 2015-3 | 2016, mis en ligne le 01 juillet 2016. URL : http://itineraires.revues.org/3013

Babou Igor, Le cerveau vu par la télévision, Paris, PUF, coll. « Science, histoire & société », 2004.

Beaudry Guylaine, La communication scientifique et le numérique, Paris, Lavoisier, 2011.

Bensaude-Vincent Bernadette, Rasmussen Anne, éds., La science populaire dans la presse et l’édition aux xixe et xxe siècles, Paris, CNRS Éditions, 1997.

Bensaude-Vincent Bernadette, « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique », Questions de communication n° 17, 2010, p. 19-32. URL : https://questionsdecommunication.revues.org/368

Bentley P. Kywik S., « Academic Staff and Public Communication : A Survey of Popular Science Publishing Across 13 Countries », Public Understanding of Science, vol. 20, n° 1, 2011, p. 48-63.

Bérard Yann, Renaud Crespin, dir., Aux frontières de l’expertise : dialogues entre savoirs et pouvoirs, Rennes, PUR, 2010.

Blanchard Antoine, « Science Blogs in Research and Popularization of Science : Why, How, and For Whom ? », in Moira Cockell, Jérôme Billotte, Frédéric Darbellay et Francis Waldvogel, dir., Common Knowledge : The Challenge of Transdisciplinarity, Lausanne, EPFL Press, 2011, p. 219-232.

Boltanski Luc, Pascale Maldidier, La vulgarisation scientifique et son public : enquête sur « Science et vie », Paris, Éd. de l’EHESS, 1977.

Casemajor Loustau Nathalie, « La contribution triviale des amateurs sur le Web : quelle efficacité documentaire ? », Études de communication n° 36, 2011, p. 39-52.

Claessens Michael, Allô la science ? Analyse critique de la médiascience, Paris, Hermann, 2011.

Fayard Pierre, La communication scientifique publique : de la vulgarisation à la médiatisation, Lyon, Chronique sociale, 1988.

Flichy Patrice, Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, 2010.

Gallezot Gabriel, Olivier Le Deuff, « Chercheurs 2.0 ? », Les Cahiers du numériquen° 5, 2009, p. 15-31.

Haddad Hubert, Le nouveau magasin d’écriture, Paris, Zulma, 2007.

Jablonka Ivan, L’Histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, « Librairie du xxie siècle », 2014.

Jacobi Daniel, Diffusion et vulgarisation : itinéraires du texte scientifique, Besançon, Annales littéraires de l’université de Besançon, PU Franche-Comté, 1986.

Jeanneret Yves, « Le partage des savoirs entre métamorphose des médias et poétique des discours », in Jean-Paul Metzger, dir., Médiation et représentation des savoirs, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 15-32.

Jullien Nicolas et al., « L’engagement dans des collectifs de production de connaissance en ligne : le cas GeoRezo », Revue française de socio-économie n° 8, 2011, p. 59-83.

Jurdant Baudouin, Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009.

LaFollette Marcel Chotkowski, Science on the Air. Popularizers and Personalities on Radio and Early Television, Chicago, The University of Chicago Press, 2008.

Lhommeau Clément, MOOC. L’apprentissage à l’épreuve du numérique, Limoges, FYP Éditions, 2014.

Mondada Lorenza, Chercheurs en interaction. Comment émergent les savoirs, Lausanne, Presses Polytechniques et universitaires romandes, 2005.

Mortureux Marie-Françoise, La formation et le fonctionnement d’un discours de la vulgarisation scientifique au xviiie siècle à travers l’œuvre de Fontenelle, Paris, Didier Érudition, 1983.

Raichvarg Daniel, Jean Jacques, Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Seuil, 1991.

Rakotonoelina Florimond, éd., Perméabilité des frontières entre l’ordinaire et le spécialisé dans les genres et les discoursLes Carnets du Cédiscor, Paris, PSN, 2014.

Reboul-Touré Sandrine, « Écrire la vulgarisation scientifique aujourd’hui », ColloqueSciences, Médias et Société, Lyon, ENS-LSH, 2004. URL : http://sciences-medias.ens-lyon.fr/article.php3?id_article=65.

Riesche Catherine, dir., La mise en récit dans les discours spécialisés, Berne, Peter Lang, 2016.

Schiele Bernard, « On and About the Deficit Model in an Age of Free Flow », in Donghong Cheng, Michael Claessens, Toss Gascoigne, Jenni Metcalfe, Bernard Schiele, Shunke Shi, éds., Communicating Science in Social Contexts. New Models, New Practices, Bruxelles, Springer, 2008.

Sibertin-Blanc Guillaume, Stéphane Legrand, Esquisses d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs, Reims, Le Clou dans le fer, 2009.

Stilgoe Jack, Citizen Scientists : Reconnecting Science with Civil Society, London, Demos, 2009.

Suchet Myriam, Indiscipline ! Tentatives d’univercité à l’usage des littégraphistes, artistechniciens et autres philopraticiens, Montréal, Nota Bene, 2016.

Vandermeulen David, « La BD et la transmission du savoir », Le débat n° 195, 2017, p. 199-208.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *