Appel : Révoltes en fiction

Le Pardaillon, numéro spécial, « Révoltes en fiction »

Appel à propositions d’articles, pour le 28 février 2018

Le 8 août 2018 sera le centenaire de la mort de Michel Zévaco, emporté par une maladie d’estomac à Eaubonne, où il est enterré. A cette occasion, le Centre International Michel Zévaco souhaite publier un numéro hors-série de sa revue Le Pardaillan. Ce numéro-hommage aura pour thématique l’une des dimensions les plus importantes de la vie de Zévaco, la révolte : militant libertaire farouche, après avoir été militaire indiscipliné et enseignant révoqué, Zévaco fait de ses romans le lieu d’expression de héros au cœur bouillant, en révolte perpétuelle contre l’ordre des choses.

A la fois action (lorsqu’elle est, au sens large, refus d’obéir, mouvement de rébellion) et sentiment (agitation intérieure se traduisant par une opposition), la révolte correspond à une très large palette de comportements, de la désobéissance civile à la mutinerie, voire à l’insurrection. En tant qu’expression spontanée d’un mouvement de liberté, elle suppose également une dimension de révélation : la révolte est engendrée par une capacité nouvelle à voir et à agir, par un étonnement qui, plutôt que de laisser sans voix, suscite un geste jusque là réprimé. Parce qu’intuitive, la révolte a donc souvent le caractère de l’inattendu, et substitue à une temporalité réglée un temps ouvert, un inconnu. Un geste entre oui et non, selon Camus : « Qu’est-ce qu’un homme révolté ? Un homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas : c’est aussi un homme qui dit oui, dès son premier mouvement. » (L’homme révolté).

Ce numéro spécial du Pardaillan se concentrera sur les formes que prend la révolte dans le cadre de la culture médiatique et populaire : comment des produits culturels destinés à la masse, et donc a priori nécessairement conformistes et lisses, peuvent-ils thématiser la révolte à l’intérieur de leurs fictions ? Révolte intime ou collective, politique ou littéraire et artistique… quelles formes prend la révolte dans les fictions médiatiques, et quels moyens celles-ci peuvent-elles se donner pour la peindre, en tant que processus, instant, ou explosion ? Et, par effet de retour, quelle image les usages de la révolte dans ces fictions donnent-ils des instances de pouvoir ? Car se révolter, c’est toujours se révolter contre, et sans repoussoir aucune révolte ne peut naître. Du désormais fameux masque du film V pour Vendetta, littéralement passé de la fiction à la réalité, à Hunger Games qui établit un lien explicite entre la culture télévisuelle du jeu grandeur nature et l’oppression politique, en passant par les représentations de la Fronde ou de la Révolution de 1789 dans la comédie musicale ; de la coloration politique progressive des Mystères de Paris d’Eugène Sue au fil de leur publication en feuilletons, à la révolte gentiment potache d’un Dr House qui finit par faire imploser le cadre dans lequel il vit, en passant par la révolte sans cesse avortée d’un FitzChevalerie dans le cycle de L’Assassin Royal, l’ensemble de la culture populaire et médiatique est traversée par ce questionnement qui articule fiction, révolte et représentation.

Les propositions de contributions pourront porter aussi bien sur des sujets proches de Michel Zévaco (Zévaco lui-même ou son œuvre, le milieu anarchiste et libertaire de la Belle Epoque, le cape et d’épée, etc), que sur des sujets ad libitum, et sur l’ensemble du champ médiatique (littérature, BD, jeu vidéo, spectacle vivant, cinéma, musique et chanson, internet, etc). Seront particulièrement bienvenues les propositions transversales visant à explorer plusieurs champs médiatiques.

Les propositions d’articles, d’une longueur de 500 à 1000 mots environ, sont à adresser à luce.roudier [@] gmail.com pour le 28 février 2018 au plus tard. Si la proposition est retenue, l’auteur sera informé avant le 10 mars, et l’article sera demandé pour le 15 septembre 2018. La parution est prévue pour octobre 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *