Appel : Fiction brève et désir

“Objects of Desire” – International Conference at Lille Catholic University, 24-26 May 2018

Réponses attendues avant le 15 décembre 2017

Version française ci-dessous

(image : détail de la couverture de Sauvagerie, nouvelles de J.G. Ballard, éd. Tristam)

Organisers: Lille Catholic University, Liverpool Hope University and the ENSFR (European Network for Short Fiction Research)

Call for Papers

Literature, religion and art began with objects of desire and have never abandoned the theme. From Helen of Troy and the forbidden fruit in the Garden of Eden via Novalis’s blue flower to the throne of Westeros, numerous examples spring immediately to mind, and if the ten commandments tell people not to covet anything that belongs to their neighbours, this surely implies that they are highly likely to do just that.

As the philosopher Elizabeth Anscombe defines it: “The primitive sign of wanting is trying to get,”[1] which explains why desire provides the motive for action, in history and in literature. Every love story, but also every crime novel and every political empire starts with desire, and its object may be a person, a diamond or a continent. Although there is a certainly a difference between desiring the presence of God, desiring a million dollars and desiring a large ice cream, any and all of these may inspire the artist or the writer.

Opinions also differ on the desirability of desire. If Buddhists and Stoics tend to believe that we should seek to free ourselves from desire and Plato felt our desires should be put aside for the greater good, Freudian and Lacanian analysts encourage us to recognise our desires and many Christians, like Pascal and C.S. Lewis, have declared that “we are too easily pleased”[2] and should desire far greater joy than we have yet known. Artists, writers and film directors still continue this debate, incarnating the good, bad and indifferent results of desire in their works.

Desire may be understood in relation to gender—do men and women long for the same things? Sexual attraction is a theme to be considered and so is the very idea of love. Carson McCullers has famously proposed a definition in “The Ballad of the Sad Café” (1943): “love is a joint experience between two persons — but the fact that it is a joint experience does not mean that it is a similar experience to the two people involved. There are the lover and the beloved, but these two come from different countries.” Exploring these countries could give way to discussions that could use, as a starting point, Judith Butler’s approach in her first published book Subjects of Desire in which she analyzes the interplay between desire and identity. Looking at desire through the prism of gender studies will also make it possible to reflect upon ideals of femininity and masculinity, but also of beauty, the way they are (re)presented in the media, in advertisements…

What does the act of desiring tell us about the object of desire? Is the one who desires truly seeking love, beauty, wealth, immortality or power in the object and if so, are they right to do so or is the object merely the attractive facade of a powerful illusion or delusion? Do objects of desire exist through necessity? How are they created? What role do advertising or video clips accompanying popular songs play in their creation? Has the way objects of desire are represented changed over the centuries? Did particular periods of history have specific ways of portraying them?

 

We welcome proposals in French or English that explore the relation between short fiction and desire across different periods and genres, including flash fiction, the novella and short story cycles. As a concentrated and intense form of prose writing, short fiction lends itself very well to representations of desire. As Sarah Hall says, “The form is very good at unzipping the mind’s fly.”[3] Think of Katherine Mansfield’s “Bliss” (1918): “For the first time in her life Bertha Young desired her husband;”[4] or of J. G. Ballard’s “The Subliminal Man” (1963), where hypnotic techniques of advertising turn the desire for consumer items into an irresistible compulsion. The short story form itself may be driven by desire as a structuring principle, the desire for instance of the reader to explore its gaps and mysteries. In Towards the End (1985), for instance, John Gerlach suggests that closure may be an object of desire. Several critics have analysed desire and its objects in the novel. Peter Brooks speaks of “a dynamics of desire animating narrative and the construal of its meanings;”[5] René Girard’s concept of “mimetic desire” suggests that a human instinct for imitation is what drives people. Do these ideas also apply to the short story or do desire and the short story interact in a different way?

We also welcome papers from other areas of literary studies, cultural studies (including cinema and television), philosophy, psychology, theology, communication, history and history of art.

Although we expect most proposals to be individual, panel proposals of three closely related papers will also be considered.

Proposals (250-300 words) should be sent to gerald.preher@univ-catholille.fr and suzanne.bray@univ-catholille.fr by 15th December 2017.

 

 

‘‘Objets de désir’’ – Colloque international à l’Université Catholique de Lille, 24-26 Mai 2018.

Organisateurs : L’Université Catholique de Lille, Liverpool Hope University, L’ENSFR (European Network for Short Fiction Research)

Appel à contributions

La littérature, la religion et l’art ont commencé avec des objets de désir et n’ont jamais abandonné ce thème. Depuis Hélène de Troie et le fruit défendu du jardin d’Eden en passant par la fleur bleue de Novalis jusqu’au trône de fer de Westeros, de nombreux exemples viennent spontanément à l’esprit et, si les dix commandements interdisent aux hommes de convoiter le bien de leur voisin, c’est parce qu’ils sont précisément enclins à le faire.

Comme le disait la philosophe Elizabeth Anscombe, « Le premier signe que l’on veut quelque chose est d’essayer de l’obtenir » (“The primitive sign of wanting is trying to get”[6]), ce qui explique pourquoi le désir fournit un moteur à l’action, à travers l’Histoire et dans la littérature. Toutes les histoires d’amour, mais aussi tous les romans policiers ainsi que tous les empires politiques trouvent leur source dans le désir – son objet peut être une personne, un diamant ou encore un continent. Bien qu’il existe certainement une différence entre désirer la présence de Dieu, désirer un million de dollars ou désirer une grosse crème glacée, chacun de ces motifs peut inspirer l’artiste ou l’auteur.

Les opinions divergent également quant à la désirabilité du désir lui-même. Si les Bouddhistes et les Stoïciens tendent à penser que nous devrions aspirer à nous libérer de nos désirs et que Platon avançait que ces derniers devraient être mis entre parenthèses dans l’intérêt général, les Freudiens et Lacaniens nous encouragent à reconnaître nos désirs et beaucoup de chrétiens comme Pascal ou C.S Lewis ont écrit que « nous sommes trop facilement satisfaits » (“we are too easily pleased”[7]) et que nous devrions désirer des bonheurs bien plus grands que ceux que nous avons connus. Artistes, écrivains et réalisateurs poursuivent ce débat en donnant vie dans leurs œuvres aux effets positifs, négatifs ou invisibles du désir.

Le désir peut s’entendre par rapport au genre : Les hommes et les femmes espèrent-ils la même chose ? L’attirance sexuelle et l’idée même d’amour se situent inévitablement parmi les thématiques envisageables. La définition que propose Carson McCullers dans La Ballade du café triste (1943) est célèbre : « L’amour est avant tout une expérience commune à deux êtres. Mais le fait qu’elle leur soit commune ne signifie pas que cette expérience ait la même nature pour chacun des deux êtres concernés. Il y a celui qui aime et celui qui est aimé, et ce sont deux univers différents » (“love is a joint experience between two persons — but the fact that it is a joint experience does not mean that it is a similar experience to the two people involved. There are the lover and the beloved, but these two come from different countries”). Explorer ces univers pourrait par exemple donner lieu à des discussions dont le point de départ serait l’analyse de Judith Butler des relations entre désir et identité dans son premier ouvrage Sujets du désir. Traiter le désir à travers le prisme des études de genre permettra également de réfléchir sur les idéaux de féminité et de masculinité mais aussi de beauté tels qu’ils sont (re)présentés dans les médias, la publicité…

Que nous dit l’acte de désirer sur l’objet-même du désir ? Celui qui désire cherche-t-il réellement à obtenir l’objet de son désir ou plutôt l’amour, la beauté, la richesse, l’immortalité ou le pouvoir qui l’accompagnent ? Si tel est le cas, a-t-il raison de le faire ? L’objet est-il alors simplement la façade séduisante d’une illusion ou d’un fantasme puissant ? Les objets de désir existent-ils par nécessité ? Comment sont-ils créés ? Quel rôle jouent dans cette création les publicités ou les clips vidéo qui accompagnent les chansons à succès ? La manière dont les objets de désir sont présentés a-t-elle évolué à travers les siècles ? Est-ce que certaines périodes de l’histoire les présentent différemment?

Les propositions en français ou en anglais qui explorent la relation entre fiction brève et désir à travers différentes périodes et différents types de fiction comme la très brève flash fiction, la novella ou novelette, mais aussi les cycles de nouvelles, seront particulièrement bienvenues. La fiction brève, de part sa concentration et son intensité narrative, se prête parfaitement aux représentations du désir. Comme l’explique Sarah Hall, « Cette forme est parfaite pour ouvrir la braguette de l’esprit » (“The form is very good at unzipping the mind’s fly”).[8] Prenons l’example de “Bliss” (1918) de Katherine Mansfield où l’on peut lire : « Pour la première fois de sa vie, Bertha Young désirait son époux… » (“For the first time in her life Bertha Young desired her husband…”)[9]; ou celui de “The Subliminal Man” (1963) par J. G. Ballard’s dans laquelle des pratiques hypnotiques de publicité transforment le désir des consommateurs en une irrésistible compulsion. Le genre de la nouvelle lui-même est peut-être régi par le désir comme principe structurel—le désir du lecteur d’explorer ses ellipses et ses mystères. Dans Towards the End (1985), par exemple, John Gerlach suggère que la clôture narrative est susceptible d’être un objet de désir. De nombreux critiques ont étudié le désir et ses objets dans le roman. Peter Brooks parle d’une « dynamique du désir animant la narration et participant à la création du sens » (“a dynamics of desire animating narrative and the construal of its meanings”[10]) ; le concept de « désir mimétique » de René Girard suggère que c’est l’instinct d’imiter l’autre qui guide l’homme. Ces idées s’appliquent-elles à la nouvelle ou est-ce que le désir et la nouvelle interagissent différemment ?

Nous invitons également des communications dans d’autres domaines des études littéraires ou culturelles (notamment sur le cinéma et la télévision), dans le domaine de la philosophie, de la communication de la psychologie, de la théologie, de l’Histoire et de l’Histoire de l’art.

Enfin, il est possible de proposer des ateliers de trois communications sur un même thème.

Les propositions (250-300 mots) doivent être envoyées à gerald.preher@univ-catholille.fr et suzanne.bray@univ-catholille.fr avant le 15 décembre 2017.

 

[1] Elizabeth Anscombe, Intention, 2nd edition, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2000.

[2] C. S. Lewis, “The Weight of Glory,” Theology, November 1941.

[3]  Sarah Hall, ‘Sex, Death and the Short Story’, https://www.theguardian.com/books/booksblog/2016/aug/19/sarah-hall-sex-and-death-short-stories.

[4] Katherine Mansfield, ‘Bliss’, The Collected Stories, London: Penguin, 2007, p.103.

[5] Peter Brooks, Body Work: Objects of Desire in Modern Narrative, Harvard: Harvard UP 1993, p.xi.

[6] Elizabeth Anscombe, Intention, 2nd edition, Cambridge, MA: Harvard University Press, 2000.

[7] C.S Lewis, “The Weight of Glory”, Theology, November 1941.

[8]  Sarah Hall, ‘Sex, Death and the Short Story’, https://www.theguardian.com/books/booksblog/2016/aug/19/sarah-hall-sex-and-death-short-stories.

[9] Katherine Mansfield, ‘Bliss’, The Collected Stories, London: Penguin, 2007, p.103.

[10] Peter Brooks, Body Work: Objects of Desire in Modern Narrative, Harvard: Harvard UP 1993, p.xi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *