Appel : Assises CPM 2018

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Congress 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Appel à communications/Call for proposals

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Langues des communications : français, anglais

Organisation : Plusieurs équipes de recherche ou associations de chercheur-e-s  actives dans le champ de la culture populaire, de l’étude des médias, des fictions, des jeux, etc. collaborent afin d’organiser ces assises fondatrices, qui visent à susciter des convergences inédites.

English below

La recherche sur les cultures populaires et médiatiques, si elle a débuté dès les années 1960 par quelques travaux pionniers, s’est considérablement développée depuis 25 ans, a fortiori depuis une dizaine d’années avec la contribution de nouvelles générations de chercheur-e-s assumant leur immersion dans la culture transmédiale et sérielle contemporaine. Des études sectorielles ou plus synthétiques ont ainsi exploré des domaines aussi divers que la littérature, le cinéma, les séries télévisées, les productions transmédias, les jeux vidéo, les jeux, la bande dessinée, la littérature jeunesse, les figurines, les images …

Une moisson considérable de recherches éclairantes et objectivement complémentaires a donc été réalisée depuis les années 1990, qui mérite aujourd’hui d’être ressaisie collectivement, sur la base de coopérations inédites et en recherchant des synergies pluridisciplinaires.  De fait, si de nombreux colloques ont été organisés dans le champ de la culture médiatique, si les chercheur-e-s s’entrelisent souvent, si nous connaissons souvent les recherches d’autrui, nous n’avons en revanche que rarement l’occasion de nous rassembler largement pour confronter nos objets, nos perspectives, nos champs théoriques. L’objectif des assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques est de pallier ce manque, et pour ce faire d’initier des rencontres et des débats scientifiques inédits entre les disciplines, les méthodes, les outils, les groupes et réseaux…

Afin de juguler le risque d’éparpillement inhérent à toute entreprise panoramique ambitieuse, la réflexion lors de ces assises se concentrera sur les fictions médiatiques, la notion étant ici comprise dans un sens large. En revanche, tous les angles d’attaque des fictions médiatiques sont sur le principe éligibles afin que le maximum de chercheur-e-s puissent se reconnaître dans cet événement fédérateur. Lors de sa première réunion tenue en novembre 2016, le consortium organisateur a établi une liste de thématiques envisageables, mais en précisant que ce recensement ne saurait être considéré comme exhaustif, et en prenant délibérément le parti d’une désignation peu contraignante dans sa formulation. Il serait ainsi possible de proposer des contributions sur les items suivants :

  1. Réceptions (pratiques, usages, publics)
  2. Productions (conception, création, support, socioéconomie)
  3. Récits (médias, sérialité, fiction/non-fiction, genres, poétiques, narrativité)
  4. Circulations (détournement, réappropriation, traduction, intertextualité)
  5. Cultures (médiatique, matérielle, industrielle, populaire ; consommation, objets)
  6. Imaginaires et représentations (mythes, politique, idéologies, genre/race/classe)
  7. Transmissions (héritages, politiques culturelles, éducation, didactique)

 

Format des sessions

Les assises ont pour objectif de permettre le dialogue entre les disciplines, les bases théoriques, les objets étudiés …. Les sessions viseront donc avant tout à stimuler l’interdisciplinarité et à s’affranchir des découpages habituels fondés sur l’affiliation disciplinaire, la parenté des corpus ou les proximités institutionnelles. Les propositions devront donc obligatoirement annoncer la méthode utilisée, le corpus étudié et le positionnement théorique du/de la chercheur-e afin que le comité scientifique puisse composer des panels conforme à cette attente et cette exigence d’échanges interdisciplinaires.

 

Les sessions regrouperont 3 intervenant-e-s qui disposeront chacun de 15 à 20 minutes pour présenter leur contribution. Lors de chaque session, un temps important sera réservé à une discussion interdisciplinaire approfondie, sous la responsabilité d’un-e répondant-e, sollicité-e à l’avance sur la foi de son expertise par le comité scientifique et qui sera chargé d’animer ce dialogue. Les participant-e-s devront donc impérativement envoyer leur texte à l’avance à ce/cette collègue.

 

Il est possible de proposer des communications groupées, mais ce bouquet de contributions devra alors expressément être interdisciplinaire et permettre un travail de croisement entre les objets, les disciplines, les méthodes et les théories.

 

Une sélection des communications fera l’objet de publications.

 

Les propositions de communication doivent renseigner les items dont elle relève (cf. la liste ci-dessus). Elles feront un maximum de 300 mots ou 2000 signes, devront se conformer aux éléments de cadrage présentés ci-dessus. Elles devront être accompagnées d’une courte notice biographique des intervenants. Elles sont à adresser à assises@cpm2018.fr au plus tard pour le 15 octobre 2017.

 

Des frais d’inscriptions sont susceptibles d’être demandés aux participants (si c’est le cas, ils viseront à couvrir les frais liés aux repas et resteront modiques).

 

 

Comité organisateur

Stéphane Benassi (Univ. Lille, Geriico)

Vincent Berry (Paris 13, EXPERICE – labex ICCA), également représenté par Sébastien François et Vinciane Zabban

Anne Besson (Université d’Artois, « Textes et Cultures »)

Sébastien Févry (UC Louvain, – GIRCAM)

Anne-Isabelle François (Paris 3, CERC)

Anaïs Goudmand (Lausanne/EHESS / assistante de R. Baroni EFLE / RRN)

Irène Langlet (Université de Limoges, EHIC)

Sarah Lecossais (Paris 13, LABSIC – labex ICCA)

Matthieu Letourneux (Paris Nanterre, CSLF)

Jacques Migozzi (Université de Limoges, EHIC)

Federico Pagello (Queen’s University, Belfast)

Isabelle Périer (Université du Mans, 3-LAM)

Lucia Quaquarelli (Paris Nanterre, CPRM)

Luce Roudier (ENS Ulm)

Sarah Sepulchre (UCLouvain, GIRCAM)

 

Comité scientifique

Raphaël Baroni

Stéphane Benassi

Vincent Berry

Anne Besson

Mélanie Bourdaa

Olivier Caïra

Isabelle-Rachel Casta

Monica Dall’Asta

Jean-Pierre Esquenazi

Sébastien Fevry

Anne-Isabelle François

François Jost

Irène Langlet

Sarah Lécossais

Jacques Migozzi

Keith Moser

Lucia Quaquarelli

Angels Santa

Sarah Sepulchre

Olivier Servais

Marie-Eve Therenty

 

 

Call for proposals

Research on popular cultures and media cultures emerged in the 1960s with a few seminal works, and developed considerably in the last 25 years, particularly in the last 10 years through the contributions of a new generation of researchers who fully own up to their immersion in contemporary transmedia and serial culture. Topical or synthetical research has thus explored such diverse fields as literature, cinema, television, transmedia productions, gaming and video games, comics, children’s and young adult literature, action figures, images etc.

Since the 1990s, there has thus been a significant output of enlightening and clearly synergetic research, which now warrants a collective reconsideration on the basis of new cooperation looking for interdisciplinary relationships.

Indeed, although many conferences have been organized in the field of media culture, and although researchers often read and are aware of each other’s research, we rarely get the opportunity to meet in a large group to compare our topics and perspectives or our areas of theory.

The goal of this convention on popular cultures and media cultures is to fill this gap through meetings and unprecedented scientific debates between the disciplines, methodologies, tools, groups and networks…

Such an ambitious enterprise naturally runs the risk of losing its focus, which is why we will concern ourselves with media fictions, writ in the largest sense. However, all research angles on media fictions are welcome in theory, so that as many researchers as possible are able to participate in this unifying event.

On the occasion of its first meeting, held in November 2016, the organizing committee established a list of possible themes, specifying that it was comprehensive and that it deliberately used broad terms.

 

These possible themes include:

  1. Reception (praxis, usages, audiences)
  2. Production (conception, creation, platforms, socioeconomics)
  3. Narrative (media, seriality, fiction/non-fiction, genres, poetics, narrativity)
  4. Distribution/Circulation (appropriation, reappropriation, adaptation, translation, intertextuality)
  5. Cultures (media culture, material culture, industrial culture, popular culture; consumption, objects)
  6. Representations and imaginaries (myths, politics, ideologies, gender/race/class)
  7. Transmissions (heritages, cultural politics, education, pedagogy)

 

Organization of the sessions

The convention aims to facilitate dialogue between disciplines, theories, objects etc. The sessions’ primary goal will therefore be to encourage interdisciplinarity and to do away with the usual dividing lines between fields, corpuses or institutions. Papers proposals must therefore clearly state which method, corpus and theoretical positioning the researcher uses so that the scientific committee can organize panels which fulfill the interdisciplinary expectation and requirement.

Sessions will be comprised of three 15-to-20-minute papers. Ample time will be provided during each session for in-depth interdisciplinary discussion, moderated by a respondent named in advance by the committee for their expertise. All speakers must therefore send their papers in advance to that colleague.

Pre-constituted panel proposals are allowed on the condition that the contributions are clearly interdisciplinary and allow for the aforementioned discussions.

A selection of papers will be published.

The paper abstracts must mention which themes they discuss. They must be no longer than 300 words or 2000 characters and conform to the defining guidelines mentioned above. They should be sent with a short biography of the author(s) by October 15, 2017, at the latest at the following email address: assises@cpm2018.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *