Appel : Pairs adolescents

Appel à communication du deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) :

« Les pairs »

Proposition de résumé : 30 avril 2017

Remise des articles complets : 1er septembre 2017

Publication des articles : 30 janvier 2018

Qui sont les pairs ?

Les études sur l’adolescence font appel régulièrement la notion de «pairs ». Le deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) a pour objectif de clarifier ce que les chercheur-e-s entendent lorsqu’ils parlent des pairs. Qui sont-ils ? Quelle place ont-ils dans la vie des adolescent-e-s ? Quelles fonctions remplissent-ils ? Derrière l’apparence d’une homogénéité se cache-t-il une diversité des groupes de pairs ? Une diversité des rôles joués par chacun au sein du groupe ? Comment et pourquoi ces groupes de pairs sont-ils mobilisés par les auteur-e-s pour saisir les expériences juvéniles ?

Les pairs comme alternative à la famille

L’un des paradigmes fondamentaux des études sur l’adolescence contemporaine repose sur la mise en tension de la socialisation primaire et de la socialisation secondaire. Selon Pierre Bourdieu (1979), la socialisation primaire au sein de la famille entraîne des acquisitions stables, mais nous savons que la socialisation secondaire prend une place de plus en plus significative au cours de l’adolescence par le biais des diverses institutions de socialisation et plus précisément par l’intégration du jeune dans différents cadre de la vie sociale. Or, les mutations culturelles de ces dernières décennies ont transformé le processus de socialisation : les jeunes ne sont plus des agents passifs qui subissent une socialisation imposée de manière unilatérale par les aînés ou les institutions (Dubar, 2000). La socialisation contemporaine devient alors l’écho d’un processus d’individuation où chacun expérimente et définit son chemin avec un souci constant d’authenticité et d’unicité. Dans ce contexte, la socialisation devient – peut-être davantage qu’auparavant – un processus qui se poursuit sans cesse et pendant lequel le temps accordé à la famille tend à diminuer au profit des «relations choisies » (Poirier & Lavoie, 2006, p. 7).

Si la famille demeure un socle essentiel dans l’existence des adolescent-e-s, une tension persiste entre ces deux groupes d’appartenance majeurs que sont la famille et les pairs, ce qui entraine parfois des conflits entre les adolescent-e-s et leurs parents. Prenant le pas sur la socialisation qui se vit au sein de la famille, le groupe de pairs témoigne parfois d’une puissance intégratrice majeure. Cette force de socialisation est d’autant plus centrale à une époque où l’identification aux ami-e-s prend le pas sur la transmission et où la « culture des pairs » se substitue à celle des pères (Le Breton, 2002). Le groupe apparaît alors comme un espace de construction identitaire au sein duquel se vivent et s’expérimentent la reconnaissance, la valorisation, mais aussi le gain d’une place attractive. Le groupe participe alors d’une socialisation qui donne accès au sentiment d’existence (Muchembled, 2008).Ici, les pairs désignent le plus souvent des personnes d’âge semblables fréquentant les mêmes institutions scolaires ou partageant les mêmes loisirs (De Singly, 2006).

Les pairs sont parfois associés à un genre (Mardon, 2011), la socialisation des filles se différenciant alors de la socialisation des garçons (Moulin, 2005). Mais la notion de pairs ne permet pas toujours de tracer les limites d’un groupe clairement défini, voire clos. Les pairs s’étendent également à un ensemble de personnes partageant certaines caractéristiques, certains espaces de socialisation, modes d’appartenances ou référentiels culturels témoignant d’une relation de proximité, voire privilégiée. Les pairs constituent une alternative relationnelle majeure pour des individus ayant, jusqu’au moment de l’adolescence, partagé une grande partie de leur temps avec leurs parents et leur fratrie.

Les pairs comme acteur ou agents de socialisation

Les pairs sont également présentés comme les acteurs ou les agents d’un « apprentissage en situation informelle » (Bézille & Brougère, 2007). Les études d’Howard Becker sont pionnières en ce sens : les pairs accompagnent l’individu dans sa connaissance du monde et dans le rapport sensible qu’il entretient avec lui. Les pairs sont aussi présentés comme des prescripteurs de pratiques sociales normées (Bordet, 2016) allant des manières de se vêtir, à la consommation d’alcool (Le Hénaff, 2016), de drogues (Beck et al., 2016) en passant par les normes de genres, des codes de séduction, etc. Des études plus récentes insistent d’ailleurs sur le rôle des pairs dans l’acquisition de compétences destinées aux usages des technologies de l’information et de la communication (Metton, 2004, 2010 ; Balleys & Coll, 2015), et de l’image (Schwarz, O., 2010 ; Lachance, 2013).

A travers un réseau complexe d’interactions, en tentant de résoudre la tension entre désir d’appartenir à un groupe et affirmation de soi, les adolescent-e-s s’adaptent à leurs pairs, jusqu’à intérioriser des codes et des références normatives spécifiques. L’apprentissage au cours de l’adolescence s’effectuerait donc essentiellement par l’intermédiaire des pairs devenus acteurs ou agents des cultures adolescentes ; parfois prescripteurs de conduites normées qu’elles soient respectueuses des attentes des adultes ou clairement déviantes en référence aux normes instituées par ces derniers. La notion de pairs est une fois de plus étroitement liée à celle de socialisation (Amsellem-Mainguy & Mardon, 2014) : le pair apparait ici comme le semblable qui, paradoxalement, enseigne la conduite à tenir, le sens de telles ou telles pratiques sociales et la validité de telles actions en fonction des contextes. Les interactions entre les pairs sont d’ailleurs au coeur du débat sur le « conformisme » des adolescent-e-s (Tersigni, 2015) qui seraient soumi-e-s à la « tyrannie de la majorité » (Pasquier, 2005) et donc menacé-é-s dans leur individualité.

Mais dans certaines situations, les pairs ont un pouvoir de contrainte qui met à mal les logiques de socialisation horizontale couramment étudiées. C’est le cas lorsque des jeunes, bénéficiant d’un « prestige social » spécifique dans les espaces qu’ils fréquentent, s’engagent dans des rapports de pouvoir avec ceux qui en ont moins (Adler & Adler, 1998). Le groupe de pairs ne correspond alors pas toujours à l’acception adulte qui l’envisage comme un support d’apprentissage en situation informelle (Duvanel Aouida, 2016). Pour certains jeunes, le pair renvoie plutôt à l’autre qui exerce une influence, une domination qui se traduit parfois par différentes formes de violences objectivables (Debarbieux, 1999) mais également d’autres moins visibles parce qu’elles admettent des logiques d’exclusion/inclusion par rapport à un groupe donné (Dubet, 1998). Par différentes formes de violences, le pair se construit une place au sein du groupe, grâce à et permettant une capitalisation forte et diversifiée (Sauvadet, 2006). Le groupe devient un espace hiérarchisé avec un référentiel normatif spécifique, offrant à certains un sentiment de contrôle et de pouvoir, et aux autres l’espoir d’accéder, un jour, à la posture qui les domine. Les relations entre pairs se caractérisent dans ces situations par l’exercice de violences intersubjectives manifestes d’un groupe en direction d’un autre groupe ou d’un individu.

Au final, au-delà d’une logique de « contagion par les pairs » (Mathys & Born, 2009), ces recherches soulèvent les enjeux liés aux apprentissages sociaux en s’intéressant à l’influence des fréquentations sur les prises de décisions et les orientations des jeunes, ainsi qu’au rôle des pairs dans des parcours marginalisés ou, au contraire, respectueux des attentes sociales.

Les pairs et les sous-cultures adolescentes

Les pairs forment des groupes. Ces groupes sont tantôt clairement définis, relativement fermés et marqués par une appartenance quasi exclusive, tantôt ouverts, fréquentés par les uns et les autres afin de partager ponctuellement une passion commune ou plus simplement de palier à la solitude et à l’isolement. A différentes échelles, les pairs sont tantôt les prescripteurs de conduites, tantôt les représentants d’une sous-culture jeune. L’efficacité symbolique des références culturelles partagées s’inscrit le plus souvent au sein d’une sous-culture porteuse de représentations et s’appuyant sur des pratiques manifestes (musique, jeux vidéo, cinéma, mangas, etc.). Ici, les pairs sont ces semblables partageant des références communes. Celles-ci apparaissent comme le ciment qui les lie dans la continuité des interactions quotidiennes et du partage des goûts et des dégoûts. Les pairs sont alors associés dans ce cas à des groupes plus restreints : l’univers des « skateurs », des « gothiques », des « rappeurs », des « sportifs », des « geeks », etc. Les semblables le sont aussi du point de vue de l’adhésion à une sous-culture, faisant elle-même la promotion d’un univers musical (Clech, 2016) ou de pratiques sportives, d’un imaginaire spécifique, de loisirs.

Les pairs sont notamment perçus comme des prescripteurs de tendances dans un contexte de consommation. Ces tendances s’incarnent à travers la valorisation de signes d’identité (Le Breton, 2002) prenant diverses formes parmi lesquelles nous retrouvons le tatouage, les marques commerciales, le voile, les séries télé, l’alimentation, etc. L’appartenance à un groupe de pairs se cristalliserait alors autour de ces signes d’identité, dont la dimension symbolique favoriserait la reconnaissance des uns par les autres, tout en permettant l’affichage d’une certaine individualité. L’appropriation de ces signes d’identité – et au même moment leur personnalisation – constituerait la part visible de cette difficulté d’appartenir tout en s’affirmant dans sa singularité. Ainsi les pairs ne seraient pas à l’abri d’une tentative d’instrumentalisation par des entreprises prenant acte de ce travail sur l’identité afin d’en exploiter les possibilités en termes de stratégie publicitaire et de ventes de produits auprès des jeunes. En d’autres termes, les sociétés capitalistes se nourrissent de la nécessité pour les adolescent-e-s de partager des références communes, les pairs devenant ainsi la cible privilégiée en tant que client et de prescripteur potentiels.

Les « pairs » : une catégorie à définir

Ce deuxième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l’Adolescence (RSAA) cherche

à répondre principalement à trois questionnements :

1. Puisque la définition attribuée à la notion de pairs n’est pas toujours claire et surtout stable, comment délimiter le groupe de pairs ? De quoi parle-t-on précisément ? Quels sont les critères et arguments permettant de définir cet entourage ?

2. Comment comprendre le rôle des pairs dans la vie des adolescent-e-s en quittant une vision dichotomique s’attachant exclusivement au paradigme de l’affirmation de soi, ou à celui de la conformité au groupe ? Sans nier la contrainte que peuvent représenter les pairs, comment penser celle-ci sans tomber dans la condamnation ou l’exaltation des pratiques observables ?

3. Au-delà des pairs analysés comme des prescripteurs de tendance, est-il possible de les concevoir comme les acteurs principaux de formes rituelles propres à l’adolescence ? Pouvons-nous parler des pairs comme d’individu se retrouvant lors de rites tantôt institués, tantôt instituants ?

Les propositions d’articles traitant de ces questions feront l’objet d’une attention particulière.

Ces articles peuvent être 1) théoriques en proposant une revue critique de l’état de la littérature ou 2) empiriques en s’appuyant sur la réalisation d’un terrain. Les propositions d’articles (environ 3500 signes espaces compris) spécifieront l’approche de l’auteur-e, ses principales références bibliographiques ou son terrain. Ces propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : revue.rsaa@gmail.com avant 30 avril 2017 (retour aux auteur-e-s au plus tard le 10 mai 2017). Les articles complets seront attendus pour le 1er septembre 2017 (pour une publication en janvier 2018). Les articles devront respecter les normes typographiques telles qui précisées sur le site de la revue (www.revue-rsaa.com) et contenir entre 30’000 et 50’000 signes, espaces compris.

Bibliographie

Adler P. et Adler P., 1998, Peer Power, Preadolescent Culture and Identitity, New Jersey, Rugters University Press.

Amsellem-Mainguy Y. et Mardon A., 2014, « Se rencontrer, être en groupe et avoir du temps pour soi : socialisations adolescentes en colonie de vacances », Informations sociales, N° 181, pp. 34-41.

Debarbieux E., 1999, La violence en milieu scolaire, Paris, ESF.

Bézille H., Brougère G., 2007, « De l’usage de la notion d’informel dans le champ de l’éducation », Revue Française de Pédagogie, N° 158, pp. 117-160.

Balleys C. et Coll S., 2015,« La mise en scène de la vie privée en ligne par les adolescents », RESET, N° 4.

Dubet F., 1998, « Les figures de la violence à l’école », Revue Française de Pédagogie, N° 123, pp. 35-45.

Duvanel Aouida G., 2016, Rester délinquant. Comprendre les parcours des jeunes récidivistes, Louvain-la-Neuve, Academia.

Beck F. et al., 2007, « L’usage de cannabis chez les adolescents et les jeunes adultes : comparaison des consommations européennes », Santé Publique, Vol. 19, pp. 481-488.

Bordet J., 2016, « Une dynamique adolescente de certains jeunes des quartiers populaires : se conformer à des prescriptions religieuses pour tenir à distance une dévalorisation de soi-même et de ses pairs », Topique, N° 136, pp. 79-89.

Bourdieu, P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement. Paris: Éditions de Minuit.

Clech P., 2016, « Mobilités sociales et rapports au pouvoir institutionnel : une élite du hip-hop en banlieue rouge », Politix, N° 114, pp. 149-175.

De Singly F. de, Les adonnaissants, Armand Colin, Paris, 2006.

Dubar, C., 2000, « Quelles problématiques de socialisation dans les recherches sur les jeunes? » Dans G. Bajoit, F. Digneffe, J.-M. Jaspard & Q. Nollet de Brauwere (Éds.), Jeunesse et société. La socialisation des jeunes dans un monde en mutation (pp. 43-47). Bruxelles: Éditions De Boeck.

Lachance L., 2013, « Usages sociaux de la caméra numérique chez les jeunes. Autonomisation, interactions et identité », Agora débats/jeunesses, N° 63, p. 37-51.

Le Breton, D., 2002, Signes d’identité : tatouage, piercing et autres marques corporelles, Paris, Métalié.

Le Hénaff Y., 2016, « Apprendre à « gérer » sa consommation : une approche biographique de l’alcoolisation chez les étudiants », Agora débats/jeunesses, N° 72, pp. 61-74.

Mardon. A., 2011, « La génération Lolita. Stratégies de contrôle et de contournement », Réseaux, N° 168-169, pp. 111-132.

Mathys, C., & Born, M., 2009, L’intervention auprès des adolescents délinquants: une douce utopie? Journal du Droit des Jeunes, 288, 7-13.

Metton C., 2010, « L’autonomie relationnelle. sms, « chat » et messagerie instantanée »,

Ethnologie française, Vol. 40, pp. 101-107.

Metton C., 2004, « Les usages de l’Internet par les collégiens. Explorer les mondes sociaux

depuis le domicile », Réseaux, N° 123, pp. 59-84.

Moulin C., 2005, Féminités adolescentes, Itinéraires personnels et fabrication des identités sexuées, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Muchembled, R. (2008). Une histoire de la violence. Paris Éditions du Seuil.

Pasquier D., 2005, Cultures lycéennes : la tyrannie de la majorité, Paris, Autrement.

Poirier, C., & Lavoie, N., 2006, La sociabilité et les soutiens des jeunes: comparaison des réseaux de participants au PQJ et de collégiens. Rapport de recherche remis à l’Association des Centres jeunesse du Québec. Montréal: Institut national de la recherche scientifique, sous la dir. de J. Charbonneau, avec la collab. de S. Bourdon, É. Lyrette et M. Goyette.

Sauvadet, T. (2006). Le capital guerrier : concurrence et solidarité entre jeunes de cité. Paris: Éditions Armand Colin.

Schwarz O., 2010, « Negotiating romance in front of the lens », Visual communication, N° 2, Vol. IX, pp. 151-169.

Tersigni S., 2015, « À chacun sa toise. Enjeux de taille et conformité d’âge à l’aube de l’adolescence », Ethnologie française, N° 154, pp. 633-642.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *