Parution : Belphégor « Sérialités »

Le nouveau numéro de la revue internationale plurilingue Belphégor,  consacrée à l’étude des littératures populaires et de la culture médiatique, est en ligne. Son dossier est consacré aux sérialités.

Si l’on allume la radio, si l’on regarde des programmes télévisuels ou si l’on ouvre les pages « culture » de la presse quotidienne ou hebdomadaire, on ne peut faire que le constat d’une culture devenue avant tout culture de masse, dans laquelle la plupart des pratiques distinctives s’inscrivent elles-mêmes dans un dialogue avec les productions de la culture industrielle. Tout un ensemble d’objets – les séries télévisées, la littérature de genre, les blockbusters, les bandes dessinées, les produits dérivés, les jeux vidéo ont en quelques décennies glissé de pratiques délégitimées stigmatisées par les prescripteurs, au sujet principal des discours critiques, au cœur de nos imaginaires. Or, tous ont en commun de pouvoir être décrits comme des productions sérielles. Par productions sérielles, nous entendons toute œuvre dont les modalités de création et de réception sont médiatisées par une série d’autres œuvres, rassemblées autour d’une unité architextuelle qui en définit la signification. Lire un récit de fantasy, feuilleter une aventure de Tintin, découvrir un récit de la nébuleuse transmédiatique Star Wars, acheter une novellisation du dernier Walt Disney, apprécier les « romans Harlequin », télécharger une saison de série télévisée pour organiser une soirée de Binge Watching, collectionner les figurines Pokémon, écrire une fanfiction ou participer à une convention cosplay, c’est à chaque fois inscrire son appréhension du produit consommé, dans un ensemble plus vaste qui le porte, à partir duquel il a été conçu, et sans lequel il n’aurait pas la même signification. Des récits de genres aux créations transmédias, des collections aux mécanismes de discursivité éditoriale, des novellisation aux produits dérivés et aux franchises, des séries aux cycles en passant par les œuvres-monde, c’est bien une logique de sérialisation qui s’impose dans la plupart des produits culturels que nous fréquentons au quotidien.

Matthieu Letourneux

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *