Parution : « Pop culture ! »

Imaginaires, n°19/2015 : Pop Culture ! Les cultures populaires aujourd’hui

Coordination éditoriale de Sylvie Mikowski, Yann Philippe  ; EPURE, (Edition et Presses universitaires de Reims)
Les cultures populaires constituent aujourd’hui un domaine de recherche florissant, suscitant une production exponentielle sur des sujets d’études aussi divers que les séries télévisées, la musique populaire (pop, punk, rap, rock), la célébrité ou les nouveaux médias. Cependant, malgré ou peut-être à cause de la curiosité que ces études suscitent parfois dans les médias, cette recherche provoque encore ça et là dans le monde universitaire, notamment français, réticences ou ignorance délibérée d’autant que la discipline des cultural studies n’existe pas en tant que telle en France. Au-delà des positionnements propres à l’intérieur des disciplines, cette ambivalence tient en partie aussi aux particularités de l’objet de recherche. Comme le notent Omayra Cruz et Raiford Guins, il est à la fois facile et difficile de parler des cultures populaires. Cela est en effet facile, tant les objets de la culture populaire constituent le cadre familier et envahissant de nos vies et tant ils fournissent le sujet de nombre de conversations ordinaires. Mais pour des raisons exactement symétriques, cela est difficile car la familiarité même de cette forme de culture rend la plus-value apportée par le commentateur universitaire plus hypothétique que pour des
objets éloignés dans le temps, déjà consacrés au rang d’œuvre par

une tradition critique ou encore inconnus du grand public. Enfin, en dépit ou en creux même des efforts de ceux qui promeuvent l’étude des cultures populaires, les soupçons d’illégitimité et les polémiques intellectuelles qui ont accompagné l’émergence et l’épanouissement des cultures populaires continuent de peser sur leur étude et d’occuper, voire de paralyser une partie des débats. Pour cet ensemble de raisons, nous avons voulu interroger à nouveau le concept de « culture populaire » et montrer par l’exemple qu’il est possible de parler et de bien parler des cultures populaires.

Sylvie Mikowski, Yann Philippe, « Introduction ».

Xavier Giudicelli, « The Picture of Dorian Gray et la culture populaire : du texte à la bande dessinée » ;

Florence Bigo-Renault, « Adaptations littéraires : des séries (pas) comme les autres ? » ;

Yannick Bellenger-Morvan, « Winnie-the-Pooh (1926) d’Alan Alexander Milne : la littérarité à l’épreuve de la popularité » ;

Timothy Heron, « ‘Alternative Ulster’: punk and the construction of everyday life in 1970s Northern Ireland » ;

Marine Dassé, « La résistance culturelle : une nouvelle culture contemporaine ? Le cas d’Adbusters en Amérique du nord » ;

Peter Marquis, « Une métaphore pour tout le reste ». Le baseball aux États-Unis : mutations d’une culture populaire (1910-2013) » ;

Flore Coulouma, « ‘A Prairie Home Companion’: Storytelling, Folklore, and the American Imagination »;

Danièle André et Élodie Chazalon, « L’art du big bang : matérialité et immatérialité de la culture populaire dans Sex and the City et The Big Bang Theory » ;

Ronan Ludot-Vlasak, « Usages et profanations de l’Antiquité dans Battlestar Galactica » ;

Steen L. Christiansen, “Superheroes and Sensibilities: Trauma and Innervation in Iron Man 3”

Nadège Marsaleix, « Keith Haring (1958-1990) ou l’art populaire comme don » ;

Morgane Brucelle, « Web : l’avènement de la cocréation ? » ;

Catherine Magalhaes, « Pratchett et ses fans : la réception, outil de redéfinition de la fantasie ».

119233-44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *